Indiana vainqueur de New York
George Hill et les Pacers heureux d'avoir éliminé les Knicks | AFP - GETTY IMAGES

Les Pacers passent les Knicks pour retrouver le Heat

Publié le , modifié le

Indiana a fini le travail contre New York en s'imposant à domicile (106-99) dans le match 6 de la demi-finale de la Conférence Est. Malgré 39 points de Carmelo Anthony mais seulement 4 dans le dernier quart-temps, les Knicks, qui étaient revenus à (3-2) dans la série, n'ont pas pu garder l'espoir d'une qualification. Les Pacers ont leur billet pour la finale de Conférence, qu'ils n'ont plus fréquentée depuis 2004. En face d'eux, le champion en titre, Miami.

Lorsqu'ils voient la vie en rose, les Pacers, c'est tout en jaune. Dans leur antre de Bankers Life Fieldhouse, toute la salle était en jaune, attendant la victoire synonyme de qualification. Et elle est venu lors de ce match N.6. Les Pacers, qui n'avaient plus atteint ce stade des phases finales depuis 2004 (élimination face à Detroit), ont sorti les Knicks 4 victoires à 2 malgré 39 points de la star new yorkaise Carmelo Anthony. Anthony avait déjà 35 points au compteur après trois quart temps, lorsque les équipes étaient à égalité 81-81. Mais 'Melo' n'a pu marquer que 4 points en dernière période, avec seulement 2 tirs réussis sur 7 et 3 balles perdues. Il a même été victime d'un contre extrêmement spectaculaire du pivot Roy Hibbert, qui aura été le grand homme de la série pour l'équipe de l'Indiana.

Ce contre a revigoré les Pacers: les Knicks menaient 92-90 à ce moment là mais ont alors encaissé 9 points d'affilée sous l'impulsion de Lance Stephenson (7 pts), ce qui a permis à Indiana de mener 99-92 avec 2 min 35 sec à jouer. Stephenson, originaire de New York, a marqué 25 points et capté 10 rebonds amedi alors que Hibbert a aligné 21 points, 12 rebonds et 5 contres et a complètement dominé dans la raquette, où New York a été humilié (52-20). Le pivot Français d'Indiana Ian Mahinmi n'a joué que 4 min pour 1 rebond capté. "C'est le meilleur match de ma vie", a déclaré Stephenson, qui était une immense star du basket pendant ses années lycéennes à New York. J'avais mal joué au match précédent (perdu à New York) et je voulais me rattraper."

Pour New York, l'arrière J.R. Smith n'a pas évolué au niveau qui lui a permis de décrocher cette saison le trophée de meilleur "sixième homme", avec un taux de réussite aux tirs médiocre (28%) pour la série, et Tyson Chandler n'a pas été le pivot dominant qu'il est d'ordinaire (seulement 6 points et 6 rebonds de moyenne durant la série). "On savait qu'ils donneraient tout et l'ont montré dans le dernier quart-temps", a commenté Paul George. "On a encaissé le coup puis on s'est repris. On s'est accroché à notre défense, c'est notre principe. Tout le monde joue pour l'autre", a-t-il dit. A la perspective de jouer le redoutable Miami Heat, Paul George ne s'est pas démonté. "On est encore en train de prouver", a-t-il prévenu. "Il y a tellement de murs à abattre. Celui-là en était un (...) mais nous sommes prêts pour un nouveau défi."

Il s'agira de la troisième apparition consécutive à ce stade des play-offs de Miami, qui avait sorti les Pacers au 2e tour en 2012 après une série très disputée (4 à 2 pour Miami après avoir été mené 2 à 1) durant laquelle la dimension athlétique des Pacers avait posé des problèmes au Heat. Le Heat avait eu deux joueurs suspendus à cause de fautes violentes et l'entraîneur Erik Spoelstra avait été mis à l'amende pour avoir critiqué l'arbitrage.

AFP

NBA