clippers donald sterling
Donald Sterling propriétaire de la franchise des Clippers | AFP - robyn beck

Les Clippers lâchés par des sponsors

Publié le , modifié le

Des parraineurs de l'équipe des Los Angeles Clippers, inquiets des retombées négatives des propos racistes du propriétaire du club de NBA, Donald Sterling, ont annoncé lundi la fin de leur collaboration. Dans une conversation datant du 9 avril avec sa petite amie, Sterling, un magnat de l'immobilier de 80 ans, reproche à la jeune femme de se montrer avec des noirs. La NBA, qui a pris connaissance de ces propose a ouvert une enquête.

"Cela m'embête beaucoup que tu dises ainsi vouloir être associée à des noirs. Est ce que tu dois vraiment faire cela?", dit Sterling à son amie dans cette conversation. "la moindre des choses est de ne pas en faire la publicité et de les amener à mes matches", poursuit-il. "Sur ton Instagram, tu n'as pas à te montrer à côté de noirs", lance-t-il encore à son amie, qui est d'origine mexicaine et afro-américaine. Ces propos qui ont fait le tour du monde ont évidemment affolé la planète NBA et les sponsors s'en sont désolidarisés.

Le géant des assurances State Farm a affirmé sur la chaîne ESPN qu'il mettait "en mode pause" son sponsoring tout en surveillant de près la situation et en n'écartant aucune éventualité.Virgin America a aussi annoncé la fin de son partenariat avec les Clippers, en affirmant sur TMZ, le site d'informations people qui avait rendu public l'enregistrement, "qu'elle continuerait à soutenir les fans et les joueurs". CarMax, un revendeur d'automobiles, a indiqué qu'il cessait de son parrainage, qui dure depuis neuf ans, en expliquant que les propos attribués à Sterling étaient "complètement inacceptables".

Sur les parquets, Kobe Bryant a ajouté sa voix aux critiques de joueurs célèbres de NBA comme LeBron James et d'anciennes stars, Magic Johnson et Michael Jordan: "Non, il ne devrait pas continuer à posséder les Clippers. Aucune chose, d'aucune manière, n'importe comment". Cela ne va non plus arranger la situation sportive des Clippers qui sont à égalité 2 à 2 au premier tour des play-offs avec Golden State, chez qui ils se sont inclinés dimanche

Christian Grégoire