LeBron James
LeBron James et le Heat devraient lever le pied ces prochaines semaines, en attendant les playoffs | JESSE D. GARRABRANT / NBAE / GETTY IMAGES / AFP

Les cinq enjeux de la fin de saison NBA

Publié le , modifié le

En NBA, les dernières semaines de la saison régulière sont rarement les plus captivantes. Les équipes déjà éliminées de la course aux playoffs (Lakers, Bucks, 76ers, Jazz) se laissent sombrer en attendant les vacances, tandis que les leaders font tourner pour entamer les phases finales - qui débutent le 19 avril prochain - dans une forme optimale. Pour autant, la fin de l’exercice 2013-2014 ne s’annonce pas complètement dénuée d’intérêt.

Phoenix, Dallas, Memphis : La bataille pour le 8e spot à l’Ouest

Monta Ellis face à Markieff Morris
Monta Ellis face à Markieff Morris

Si les six premières places qualificatives semblent déjà décidées à l’Ouest, la lutte s’annonce acharnée derrière, entre Dallas (40-27), Memphis (39-27) et Phoenix (38-28). Parmi ces trois franchises, au coude-à-coude depuis plusieurs semaines, seules deux décrocheront leur billet pour les playoffs. A priori, avantage Grizzlies, qui ont pour eux l’expérience et une fin de calendrier assez abordable. Mais les derniers finalistes de conférence n’auront pas le droit au moindre faux pas : les Mavericks de Dirk Nowitzki sont dans une forme étincelante (en dix jours, ils ont fait tomber Oklahoma City, Portland et Indiana), tandis que les Suns, présentés comme l’un des pires effectifs de la ligue en début de saison, continuent de tenir la cadence et enregistrent en plus le retour de blessure d’Eric Bledsoe. Hasard du calendrier, pour tenir en haleine jusqu’au bout : les trois équipes s’affronteront lors des cinq derniers jours de la saison !

San Antonio, Miami, Indiana : La gestion des cadors

Paul George attaque le cercle face aux Spurs
Paul George attaque le cercle face aux Spurs

Mathématiquement assurés d’être en playoffs, les deux leaders de la conférence Est (Heat et Pacers) seront rejoints dans les nuits qui viennent par les Spurs, le Thunder et les Clippers. Ces cinq favoris se trouvent dès lors face à un dilemme : soit mettre les stars au repos pour éviter tout pépin physique malencontreux, soit ne rien changer pour arriver à la fin du mois d’avril sur leur lancée. Certaines franchises, comme San Antonio qui a l’habitude de se retrouver dans cette situation, n’hésiteront pas à lever le pied. Mais les Clippers, par exemple, ont matière à hésiter. D’un côté, ils ont besoin d’affiner les automatismes avec les recrues récentes (Danny Granger, Glen Davis). De l’autre, ils ont forcément retenu la leçon de ces deux dernières années, où les blessures de Chris Paul et de Blake Griffin au début des playoffs les avaient sortis au 2e puis au 1er tour…

New York : La remontée improbable

Carmelo Anthony et les Knicks vont-ils vraiment mieux ?
Carmelo Anthony et les Knicks vont-ils vraiment mieux ?

Au fond du trou en début d’année, encore bien mal en point il y a deux semaines, les Knicks vont un peu mieux. En enchaînant six victoires d’affilée, la franchise de Big Apple s’est même replacée dans la course aux playoffs, profitant de la dégringolade des Hawks pour se rapprocher du Top 8. S’ils devraient donc animer le dernier mois de la saison régulière, Carmelo Anthony et les siens n’ont pas non plus de quoi s’enflammer. Attendus comme de très sérieux outsiders à l’Est, les pensionnaires du Madison Square Garden sont toujours aussi fébriles en défense et irréguliers en attaque. Et leurs six derniers succès, contre des adversaires de seconde zone, ne change en rien leur incapacité à faire tomber les grosses écuries.

Toronto, Washington, Portland : Derniers efforts pour les outsiders

Demar Derozan au dunk
Demar Derozan au dunk

La conférence Est, historiquement faible, a permis à plusieurs équipes habituées au bas de tableau de remonter la pente pour s’installer dans le Top 8. C’est le cas des Raptors (3e) ou des Wizards (5e), qui devront se battre jusqu’au dernier match pour s’offrir un premier tour abordable. Brooklyn (6e) a aussi tout intérêt à se maintenir à sa place pour ne pas avoir à jouer Miami ou Indiana dès la fin du mois d’avril. A l’Ouest, Portland (5e), rarement défait à domicile, irait aussi bien voler l’avantage du terrain à Houston (4e) qui reste sur trois revers d’affilée.

Durant, James et les autres : la course aux trophées individuels

Victor Oladipo et Michael Carter-Williams
Victor Oladipo et Michael Carter-Williams

Si LeBron James espère encore empêcher Kevin Durant d’aller chercher son premier titre de MVP de la saison, il peut commencer à s'inquiéter. Car l’ailier du Thunder, qui continue d’empiler les performances à plus de 40 points, imprime un rythme toujours aussi impressionnant et ne semble pas vraiment prêt à se calmer avant les playoffs. Gerald Green (Phoenix), Lance Stephenson (Indiana), Anthony Davis (New Orleans), Goran Dragic (Phoenix) et Isiah Thomas (Sacramento) peuvent eux encore tous prétendre au trophée de MIP (meilleure progression de l’année). Même les plus mauvais bilans de la ligue pourraient être à surveiller, car le duel à distance entre Victor Oladipo (Orlando) et Michael Carter-Williams (Philadelphie), qui se disputent le trophée de Rookie of the Year, n’a pas encore trouvé son vainqueur.

NBA