LeBron James
LeBron James | AFP

LeBron James fait vaciller Golden State

Publié le , modifié le

Pour la sixième finale NBA de sa carrière, LeBron James s'est déchaîné et a fait douter Golden State, mais les Warriors ont arraché la victoire 108 à 100 en prolongation dans le match N.1 face à Cleveland, jeudi. Jamais dans sa carrière, "King James", 30 ans, n'avait marqué autant de points dans un match comptant pour une finale NBA, mais ses 44 points n'auront servi à rien.

Ses Cavaliers ont craqué en prolongation et comme si l'issue de cette  rencontre n'était pas assez cruelle pour "LBJ", il a vu son coéquipier Kyrie  Irving (23 pts) quitter le terrain en boitant et il l'a retrouvé dans les  vestiaires au bord des larmes et incapable de marcher. Cleveland a pourtant fait la course en tête pendant l'essentiel de la  rencontre, avant de s'écrouler dans la prolongation où les Cavaliers n'ont  marqué que deux points. Les "Cavs" qui disputent la deuxième finale de leur histoire et visent un  premier titre, ont compté jusqu'à treize points d'avance (26-13) dans le  premier quart-temps, mais ont vu les Warriors revenir à leur hauteur durant la  deuxième période (36-36, à quatre minutes de la fin de la période).

'On a toujours notre chance'

Les deux équipes sont alors restées dos à dos, incapables de prendre plus de  quatre points d'avance. A 24 secondes de la sirène (98-98), Cleveland a eu la balle de match en  main, mais "King James" qui dispute sa cinquième finale consécutive, a raté sa  tentative à trois points, ce qui a envoyé les deux équipes en prolongation. Les Warriors ont alors pris l'ascendant grâce à quatre lancers francs  consécutifs de Stephen Curry, meilleur joueur de la saison, et un tir primé  d'Harrison Barnes. Cleveland, complètement déboussolé après la sortie d'Irving, ne s'en est  pas remis et a laissé les spectateurs de l'Oracle Arena qui attendaient une  finale NBA depuis 1975 fêter cette victoire comme si elle leur avait offert le  titre. "La blessure de Kyrie (Irving) est bien sûr un gros coup dur pour notre  équipe, mais s'il ne devait pas jouer le match N.2, il y aura quelqu'un pour le  remplacer, on a toujours notre chance", a assuré James. "Nous devrons tous être meilleurs dès le prochain match, moi y compris", a  martelé le double champion NBA.

James domine Curry

S'il a remporté son duel à distance face à Stephen Curry, limité à 26  points, si Timofey Mozgov (16 pts, 6 rbds) et Tristan Thompson (15 rbds) ont  fait souffrir les Warriors, la clef de ce match N.1 était entre les mains des  remplaçants. Ceux de Golden State ont apporté 34 points, dont 15 par Andre Iguodala  précieux également au marquage de James, quand la contribution du banc de  Cleveland s'est limitée à neuf petits points. "C'est ce qui a fait la différence", a regretté David Blatt, l'entraîneur  de Cleveland qui, comme son homologue de Golden State Steve Kerr, a fait ses  débuts en NBA cette saison. "On est aussi sortis du temps réglementaire atteints moralement et  physiquement, en ayant perdu de vue la stratégie qui avait si bien fonctionné  jusque là", a-t-il poursuivi. Cleveland doit maintenant relever un sacré défi lors du match N.2, dimanche  toujours à Oakland et peut-être sans Irving.

Golden State est impérial à domicile où il n'a concédé que trois défaites  cette saison. "C'était pour nous tous notre premier match dans une finale NBA, on était  un peu impressionnés", a admis Stephen Curry pour expliquer le début timide de  son équipe. Le meneur des Warriors est le premier MVP à remporter le match N.1 d'une  finale NBA depuis Tim Duncan en 2003 et tous ses prédécesseurs ont fini par  remporter le titre.

AFP

NBA