Zion Williamson

Le cas Zion Williamson et la difficile transition vers la NBA

Publié le , modifié le

Blessé et absent lors du dernier match de pré-saison avec les Pelicans, la nouvelle coqueluche de la NBA Zion Williamson va manquer le début de saison. Comme lui, d'autres joueurs ont eu des difficultés pour effectuer la transition entre le championnat universitaire (NCAA) et l'élite.

Les vidéos de ses pénétrations à haute vitesse et ses dunks surpuissants ont déjà fait le tour du web. À 19 ans, Zion Williamson est annoncé comme l'une des plus grosses stars de la NBA dans le futur. Amené à faire partie des dominants à l'instar d'un Lebron James ou d'un Stephen Curry, le jeune intérieur américain pourrait cependant rapidement figurer dans une autre case. Celle des espoirs handicapés par leur physique fragile.

La NBA, une machine à broyer

Forfait pour le dernier match de pré-saison face aux Knicks de New York pour une blessure au genou et absent pour les premiers matchs de la saison, Williamson a déjà connu des problèmes à ce niveau là. Absent la saison dernière durant six matchs lorsqu'il évoluait à l'Université de Duke, le numéro un de la draft 2019 a aussi vu son été empoisonné par le même problème. Le cas de ce beau bébé de plus de deux mètres et 130 kilos sur la balance inquiète, tant ses problèmes arrivent de manière précoce. De leur côté, les Pelicans n'ont pas donné de date de retour pour le moment, mais leur recrue pourrait manquer la rentrée NBA. 

L'occasion de rappeler la difficulté d'adaptation entre le championnat universitaire et l'élite américaine. Habitués à jouer entre 30 et 40 matchs par saison en NCAA, les jeunes draftés ont souvent besoin d'un temps d'adaptation pour digérer le rythme lorsqu'ils deviennent professionnels. Avec 82 rencontres étalées entre octobre et avril, le physique est constamment sollicité et le repos limité.

Zion Williamson des Duke Blue Devils (NCAA)
Zion Williamson des Duke Blue Devils (NCAA) © AFP

Potentielles stars et hommes de verre

Avant lui, ils sont nombreux à avoir été draftés haut pour ensuite se retrouver blessés en raison de prédispositions pas adaptées au rythme de la NBA. Joël Embiid a fait partie de ceux-là. Numéro trois de la draft 2014, il avait manqué les deux premières années de son contrat après avoir multiplié les pépins. L'année précédente, Anthony Bennett atterrissait lui aussi dans l'élite mais devait arrêter sa saison de manière prématurée pour un problème au genou. 

Même problème pour Greg Oden. Drafté comme numéro un, l'Américain souffre d'une micro-fracture au genou droit et ne joue pas une minute de la saison. La suite de sa carrière sera ponctuée de problèmes physiques récurrents qui l'empêcheront d'évoluer au plus haut niveau. Las en 2016, il prend sa retraite. À seulement 28 ans. Entre médiatisation, rythmes infernaux et usure mentale, le prix à payer est parfois trop important pour beaucoup de joueurs. À seulement 19 ans, Zion Williamson coche toutes les cases en termes de précocité. Et pourrait bien le payer comme les autres.