A l'arrêt pour cause de coronavirus, la NBA pourrait miser sur Las Vegas pour se refaire une santé financière

Publié le , modifié le

Auteur·e : David Malarme
Las Vegas

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le mercredi 11 mars, en quelques minutes, le grand cirque de la NBA s’arrête brutalement. La révélation du cas positif au Covid-19 du Français Rudy Gobert met l’une des ligues sportives les plus puissantes au monde en sommeil. Depuis, ses dirigeants cherchent des solutions pour terminer la saison coûte que coûte.

Deux chiffres pour commencer : depuis le 11 mars, c’est plus de 130 matches NBA qui n’ont pas eu lieu. Et d’ici la fin de la saison régulière, qui devait avoir lieu le 15 avril, ce seront au total plus de 250 matches annulés. Un séisme sportif aux Etats-Unis mais surtout une catastrophe financière pour la NBA (selon plusieurs médias américains, on parle de plus d’un milliard de dollars de pertes). 

Pour sauver son équilibre économique, la ligue doit absolument terminer sa saison et, depuis quelques jours, le nom de Las Vegas revient dans toutes les conversations. 

La capitale du jeu au secours de la NBA

L’idée des dirigeants serait d’organiser un tournoi final sur un lieu unique : le Thomas & Mack Center and Cox Pavilion de Las Vegas. Un endroit familier de la NBA puisque c’est ici qu’elle organise sa ligue d’été chaque année (les équipes NBA y testent leurs jeunes joueurs). Ce tournoi final remplacerait les habituels play-offs où les 8 meilleures équipes de chaque conférence à l’issue de la saison régulière se rencontrent aux meilleurs des 7 matches jusqu’à la finale. Ces confrontations se déroulent dans chaque ville concernée c’est-à-dire aux quatre coins des Etats-Unis. L’idée serait donc de centraliser toute la fin de saison. 

Les diffuseurs, maîtres du jeu

Cette solution, en plus de sauver une partie de la saison sportive et de désigner un champion, aurait surtout l’avantage de satisfaire les diffuseurs, principaux financiers de la NBA. ESPN, ABC et TNT paient 2,7 milliards de dollars par saison, soit 24 milliards sur 9 ans jusqu’en 2025. Une somme record qui a fait exploser les salaires des joueurs depuis 2016. Et sans basket à diffuser, les chaînes pourraient revoir leurs contrats à la baisse. Alors, même si un tel tournoi joué à huis clos (la solution la plus probable) fait s’émouvoir certains joueurs, voir baisser leur salaire (liés aux sommes versées par les diffuseurs) leur serait sans doute plus douloureux... 

à voir aussi NBA : Rudy Gobert guéri du Covid-19 NBA : Rudy Gobert guéri du Covid-19
David Malarme