Knicks
Les joueurs des New York Knicks. | ELSA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La nuit NBA : Parker domine Ntilikina, match fou entre Houston et Boston

Publié le , modifié le

Pour leur premier duel, Tony Parker et Frank Ntilikina se sont livrés une belle passe d'armes. Mais ce sont les Spurs qui se sont imposés face à des Knicks convaincants (119-107). Dans le choc de la soirée, Boston a renversé Houston après compté jusqu'à 26 points de retard (99-98).

C'était la première fois que l'expérimenté Tony Parker et le rookie Frank Ntilikina se rencontraient. Le duel entre les deux meneurs de jeu français a tourné à l'avantage du joueur des San Antonio Spurs, victorieux 119-107 des New York Knicks.

Avec 14 points, la plupart inscrits en début de rencontre, 2 rebonds et 3 passes décisives, Parker a parfaitement aidé son équipe à venir à bout de Knicks qui se sont faits distancer en deuxième période.  Ntilikina, annoncé comme la nouvelle star du basket français et continuellement comparé à Parker, n'a également pas à rougir de sa prestation. Dans son style plus organisateur et défensif, il a fini la rencontre avec 9 points et 11 passes décisives. Surtout, il a passé 31 minutes sur le terrain, signe de la confiance que lui accorde son entraîneur Jeff Hornacek. 

Les Spurs ont pu compter sur un LaMarcus Aldridge toujours aussi irrégulier (25 points, 5 rebonds) et un Pau Gasol de plus en plus complet (17 points, 11 rebonds, 7 passes).

Boston remonte 26 points de retard !

C'était le choc de la soirée. L'affrontement entre Houston, meilleure attaque de la ligue, et Boston, l'une des meilleures défenses, a tenu toutes ses promesses : les Celtics se sont imposés 99-98 après avoir été menés pendant quasiment l'intégralité de la rencontre.

Dans le sillage de leur superstar James Harden (34 points, 10 passes), les Rockets ont extrêmement bien entamé le match, profitant notamment des faiblesses défensives des Celtics. A la mi-temps, les Rockets qui restaient sur trois défaites consécutives, menaient de 24 points et l'affaire semblait entendue.

Mais en seconde période, avec une hargne retrouvée, les leaders de la conférence Est sont progressivement revenus dans le match, limitant l'attaque de Houston à seulement 36 points. A 13 secondes de la fin du match, les Celtics ne comptaient plus qu'un point de retard. Le salut est alors venu de Marcus Smart (13 points, 6 rebonds, 5 passes).

Devant un public de Boston en furie, le meneur de jeu, véritable chien de garde des Celtics, est allé provoqué deux fautes offensives d'Harden en l'espace de 10 secondes !  Les Celtics se sont alors retrouvés avec deux possessions d'affilée. Sur la première, Al Horford (9 points, 8 rebonds) a réussi un tir intérieur pour permettre aux siens de prendre l'avantage, 99-98, pour la première fois du match, à trois secondes du terme. Les Celtics auront mené quatre petites secondes dans ce match au scénario fou.
 

AFP