Tony Parker, Spurs, Mavericks
Le meneur français Tony Parker attaque la défense des Dallas Mavericks | JESSE D. GARRABRANT / NBAE / GETTY IMAGES / AFP

La nuit NBA au crible: Parker offre la victoire aux Spurs

Publié le , modifié le

Après avoir reçu sa bague de champion, Tony Parker n'a pas mis longtemps à montrer qu'il était prêt à conquérir un deuxième titre consécutif. Opposé aux voisins texans de Dallas en ouverture de la saison NBA, TP a donné la victoire aux Spurs d'un maître trois points en fin de rencontre (101-100). Sur le parquet des Pelicans, Evan Fournier a réalisé une bonne première avec Orlando mais n'a rien pu face à Anthony Davis, tandis que Kobe Bryant a connu un retour difficile avec les Lakers. Retour sur cette nuit NBA.

Le match: Les Spurs sur le fil

Sur son parquet de l'AT&T Center, San Antonio a failli gâcher la fête. La soirée avait pourtant idéalement débuté avec la cérémonie de remise des traditionnelles chevalières à chaque champion NBA de la saison précédente. Pour l'occasion, le propriétaire de la franchise texane Peter Holt avait fait fabriquer des bijoux en or blanc et diamants portant les armes de l'équipe et la phrase "Good to great" ("De bon à excellent"). Un message martelé par Gregg Popovich pour effacer la déception de la finale 2013 perdue face à Miami. Avant d'atteindre à nouveau cette excellence, les troupes de l'emblématique coach américain ont encore du travail, comme l'a souligné leur première sortie. Opposés aux Dallas Mavericks, ces voisins qui aiment tant leur faire du mal, les Spurs ont balbutié leur basket, en témoignent leurs vingt pertes de balle.

Tweet: Tony Parker se félicite de la victoire et espère une super saison

Comme au printemps dernier en ouverture des playoffs, les coéquipiers de Dirk Nowitzki (16 pts) ont bousculé ceux de Tony Parker (23 pts). Et comme au printemps dernier, ils sont repartis les mains vides, dans les derniers instants. Battus 4-3 au 1er tour la saison passé, les hommes de Rick Carlisle ont cédé d'un point cette fois-ci. La faute à TP. Handicapés par les absences du MVP des Finals Kahwi Leonard et de leur intérieur Thiago Splitter, les champions en titre étaient menés de deux points à 55 secondes du terme. Moment choisi par le meneur français pour planter une banderille primée. Cet été de repos semble avoir fait le plus grand bien au général tricolore. Tim Duncan (14 pts, 13 rbds) et Manu Ginobili (20 pts) au diapason, le Big Three du Sud des Etats-Unis a envoyé un message: il est prêt pour le back-to-back.

Le Big Three texan Duncan, Ginobili, Parker pose fièrement avec la bague de champion
Le Big Three texan Duncan, Ginobili, Parker pose fièrement avec la bague de champion

Le joueur: Anthony Davis

En grande progression la saison passée pour sa deuxième année dans la Ligue (20,8 pts, 10,1 rbds contre 13,5 pts et 8,2 rbds en rookie), le choix numéro 1 de la draft 2012 semble ne pas s'en contenter. Au sortir d'une Coupe du monde accomplie avec le Team USA (12,8 pts, 6,2 rbds de moyenne), le transfuge de Kentucky a montré les muscles dès sa première réapparition sur les parquets NBA. Face au Orlando Magic, le leader des New Orleans Pelicans a rendu 26 points, 17 rebonds et 9... contres. Des stats de mammouth pour "The Unibrow", le prodige au monosourcil. 

Le Français: Evan Fournier

Tony Parker étincelant et Boris Diaw (5 pts, 6 pd, 9 rbds en 33 min) précieux à San Antonio aux côtés du légendaire Duncan, Evan Fournier a été l'autre tricolore le plus en vue de la nuit. En visite chez son compatriote Alexis Ajinça, moins gâté que lui dans le roster des Pelicans (2 pts en 2 minutes), le jeune arrière a eu droit à 32 minutes de jeu avec sa nouvelle franchise. Avec 11 points, l'ancien joueur de Poitiers a été le troisième meilleur marqueur de Floridiens étouffés. Mais sa maladresse au tir (3/11) et ses quatre pertes de balle noircissent le tableau. 

Tweet: Duncan réalise un 14e double-double en match d'ouverture d'une saison NBA, un record

Le chiffre: 19

Absent des parquets dix mois suite à une fracture du genou gauche, Kobe Bryant a marqué 19 points en 26 minutes pour son retour aux affaires. Son adresse suspecte (6/17) rappelle toutefois qu'il lui faudra encore un peu de temps pour revenir au top. Mais il est d'ores et déjà le meilleur marqueur de Lakers pathétiques. Hormis le Black Mamba, seuls Carlos Boozer (17 pts) et Ed Davis (11 pts) ont franchi la barre des dix unités. Et la blessure du rookie Julius Randle, choix numéro 7 de la dernière draft, ne va pas arranger les choses. Aussi peu armée, la franchise pourpre et or n'a rien pu au Staples Center face à des Rockets propulsés par James Harden (32 pts), Terrence Jones (16 pts, 13 rbds) et Trevor Ariza (16 pts). De retour sur les terres de son ancienne franchise, Dwight Howard a lui encore prouvé que l'air de Los Angeles était sa kryptonite. Avec un piteux 7/16 aux lancers-francs, Superman termine avec des chiffres trop normaux pour mériter son surnom (13 pts, 11 rbds).

Vidéo: les premiers points de Kobe

Vidéo: le résumé du match Spurs-Mavericks

Les résultats de la nuit (les feuilles de match)
LA Lakers - Houston 90 - 108
Nouvelle-Orleans - Orlando 101 - 84
San Antonio - Dallas 101 - 100

Jerome Carrere

NBA