LeBron James est énervé parle début de saison de son équipe
LeBron James et les Cavaliers n'y arrivent pas... | Abbie Parr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La crise couve aux Cavaliers

Publié le , modifié le

Sept défaites en douze matches, six sur les huit dernières sorties, c'est peu dire que le début de saison des Cleveland Cavaliers n'est pas à la hauteur des attentes. Si LeBron James refuse de s'inquiéter, la crise s'installe petit à petit dans l'Ohio.

Si nous sommes en crise aux Cavs ? Nous sommes en quel mois déjà ? Octobre ? Je ne vais pas péter un plomb dès maintenant” réagissait LeBron James après la défaite humiliante face aux Knicks le mois dernier. Si novembre n’est toujours pas avril, moment où les Playoffs et les choses sérieuses commencent en NBA, les Cavs ont, depuis cette défaite, connu trois nouveaux revers pour deux succès. Indiana et Atlanta sont même venus s’imposer à la Quicken Loans Arena de Cleveland. C’est un fait, les Cavaliers sont désarmés.

Irving a-t-il vu le coup venir ?

Les joueurs ne s’amusent pas”, a résumé Tyronn Lue, l’entraîneur menacé des Champions 2016. Fin octobre, et quoiqu’en dise James, une réunion de crise a réuni les joueurs. “Hors du terrain, nous avons une très bonne entente, une grande camaraderie mais il faut qu'on s'améliore durant les matches”, a poursuivi l’ancien meneur des Lakers. Est-ce véritablement le cas ? Cet été, Kyrie Irving, la deuxième star de l’équipe, a demandé son transfert et semble enfin se libérer avec Boston. Le Kyrie Irving de cette saison n’a d'ailleurs rien à voir avec celui des saisons précédentes. LeBron James prend beaucoup de place. Statistiquement, il n’y a pas grand chose à reprocher au King qui marque 29,3 points par match, sa meilleure moyenne depuis dix ans, distribue 8,9 passes et capte 7,2 rebonds. Le mal est ailleurs, Irving a peut-être senti la crise arriver…

A l’intersaison, le dernier finaliste NBA a connu une restructuration rare pour une équipe de ce niveau. Irving est parti, Thomas, Zizic et Crowder sont arrivés en échange, tout comme Jeff Green, Cedi Osman, Jose Calderon, Derrick Rose et Dwyane Wade, le lieutenant du Roi à l'époque de Miami. En début de saison, Lue a décidé de mettre Love au poste de pivot pour inclure Crowder dans le cinq majeur et récemment JR Smith a fait connaître son mécontentement quant à son rôle de remplaçant. Love avait appris la nouvelle par LeBron James et non par son coach alors que Smith a retrouvé le cinq majeur. Secouez le tout et vous obtenez une équipe perturbée au possible. Dans le viseur des critiques, Tyronn Lue, accusé de n’être à sa position que par et pour la volonté de LeBron James. Il va devoir vite trouver des solutions, sans quoi même la protection du King ne sera suffisante.

Le doute Thomas

A l’heure actuelle, après un peu moins d’un mois de compétition, les Cavs sont onzièmes à l’est avec cinq succès de retard sur Boston qui connaît un début de saison quasi-parfait malgré la terrible blessure de Gordon Hayward. L’euphorie des Celtics tranche avec la gueule de bois permanente des Cavaliers. L’absence d’Isaiah Thomas pèse forcément mais personne ne sait aujourd’hui quand il sera capable d’apporter sa pierre à l’édifice chancelant de Cleveland et si celle-ci permettra à l’ensemble de gagner en solidité. “Pour être honnête je ne pense pas que son retour est énormément attendu. Je ne pense pas que nous dépendons du retour d’IT. Nous voulons qu’il prenne son temps. Quand il se sent prêt, il s’intégrera. Nous ne pouvons dépendre de personne. Nous ne pouvons pas dépendre d’une seule personne pour être aussi bons que nous voulons l’être, que ce soit IT ou moi ou Tristan (Thompson). Nous avons des gars qui doivent élever leur niveau”, explique James qui a déjà connu un début de saison délicat avec Miami lors de sa première saison. “La dynamique est différente mais comme je l’ai dit, lors de ma première année à Miami, nous avions aussi dû trouver des solutions. A un moment nous étions à 9-8. Vous essayez de trouver des solutions, vous regardez les vidéos, vous progressez, vous allez sur le terrain et vous donner tout, les solutions viennent”. C’est tout ce que l’on peut souhaiter aux Cavs.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot