Roy Hibbert Indiana Pacers
Roy Hibbert (Indiana Pacers) | ANDY LYONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Indiana scalpe New York

Publié le , modifié le

Indiana a fait un grand pas vers la finale de la Conférence Est en dominant New York (93-82). Les Pacers mènent désormais 3-1 dans cette série tandis qu'à l'Ouest, San Antonio, guisé par un grand Tony Parker (25 points, 10 passes), a repris l'avantage (3-2) face à Golden State grâce à une victoire 109-91.

Les Pacers sont sur le chemin de leur gloire passée. S'ils s'imposent à New York jeudi, ils se qualifieront pour la finale de la Conférence Est, une grande première depuis la saison 2003-2004. Sans joueurs aussi brillants que par le passé récent (Reggie Miller), les Pacers misent tout sur un jeu intérieur dominant et une défense de fer. Les Knicks, menés de 14 points à la mi-temps de ce match 4, ont pu en témoigner. Surtout, les stars de Big Apple ont sombré là où le collectif de l'Indiana brillait. George Hill s'est ainsi fendu de 26 points, Paul George de 18 points, 14 rebonds et 7 passes décisives. De l'autre côté du parquet, Carmelo Anthony surjouait une nouvelle fois avec 24 unités au compteur mais à 9/23 aux shoots. Le meilleur marqueur de New York était de toutes façons trop seul pour espérer réaliser un miracle, Stoudemire, toujours convalescent (4 points en 12 minutes) ne pouvant pas seconder convenablement "Melo". Ce dernier ne perd cependant pas espoir et exhorte ses troupe à la révolte lors du prochain match au Madison Square Garden. "Maintenant c'est marche ou crève", résume Anthony. Le ton est donné.

Parker étincelle

Accroché par Golden State depuis le début de cette demi-finale à l'Ouest, San Antonio a repris l'avantage face aux coriaces Warriors. Tony Parker, jusque-là sur courant alternatif, a semble-t-il trouvé son rythme de croisière lors de ce match 5. Avec son meneur tricolore à un tel niveau (25 points, 10 passes), les Spurs reprennent une marge de sécurité face à la bande d'un Stephen Curry limité à neuf petits points. "Notre énergie était bonne", déclarait Parker après la rencontre. "La défaite dans le match 4 nous a fait mal. On a raté trop d'opportunités. Cette fois, nous avons réussi à jouer 48 minutes avec la même intensité". Encore un succès et les Texans accéderont à la finale où ils retrouveront le vainqueur de la série Oklahoma-Memphis (1-3 pour l'instant).

Julien Lamotte

NBA