Serge Ibaka Oklahoma Thunder Danny Green San Antonio
Serge Ibaka (Oklahoma) face à Danny Green (San Antonio) | RONALD MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ibaka lauréat

Publié le , modifié le

Serge Ibaka est la grand vainqueur du match 3 de la finale de la Conférence Ouest entre Oklahoma et San antonio. Blessé et annoncé forfait pour le reste de la saison, l'intérieur espagnol a effectué un retour miraculeux et permis au Thunder de dominer les Spurs (106-97).

Serge Ibaka est bien le "facteur X" de cette série entre OKC et San Antonio. Sans son meilleur défenseur/intimidateur, le Thunder n'avait semble-t-il aucune chance face à la machine parfaitement huilée des Texans. Désormais la donne est différente. Avant le match N.4 mardi, toujours devant son public, Oklahoma est mené  deux victoires à une par les Spurs qui ont enregistré leur huitième défaite de  suite dans cette salle qui ne leur réussit décidément pas. Le public de la Chesapeake Enregy Arena ne s'y est pas trompé: en fin du 4e  quart-temps, quand Ibaka a regagné le banc, les supporteurs du Thunder lui ont  réservé une bruyante standing ovation. L'intérieur espagnol d'origine congolaise a réalisé deux miracles: alors  qu'il était donné indisponible jusque la fin des play-offs, Ibaka, touché  derrière le genou en fin du 2e tour des play-offs, s'est rétabli beaucoup plus  vite que prévu et il a transformé par son retour le Thunder, surclassé lors des  deux premiers matches par les Spurs.

"Il était partout, en défense, en attaque", a admiré Gregg Popovich,  l'entraîneur de San Antonio. Avec la taille et la puissance d'Ibaka, le Thunder a fait la loi aux  rebonds (52 à 36). Ibaka a également réussi quatre contres et inscrit 15 points, dont 10 en  première période qui ont eu pour effet d'électriser les supporteurs d'OKC. "J'ai voulu transmettre mon énergie à mes coéquipiers, on a réussi à faire  que les joueurs des Spurs se retrouvent dans des positions difficiles pour  +shooter+. Il faut poursuivre sur cette lancée", a espéré Ibaka.

Parker en mode mineur

Kevin Durant, meilleur marqueur et joueur de la saison, a de son côté  apporté 25 points et Russell Westbrook, pourtant muet jusqu'à la moitié du 2e  quart-temps, en a ajouté 26. Les Spurs, eux, n'étaient pas dans un grand soir à l'image de leur meneur  de jeu français Tony Parker qui n'a marqué que neuf points (4 sur 13 au tir) et  qui a perdu quatre ballons. Or quand Parker, impeccable depuis le début du 2e tour des play-offs, a un  jour sans, San Antonio, meilleure équipe de la saison régulière (62 victoires,  20 défaites) n'est plus aussi dominateur. "OKC a bien joué, mais on leur a facilité la tâche en perdant trop de  ballons, moi le premier, et on n'a manqué d'énergie", a reconnu Parker.

Tim Duncan a tenté d'enrayer le sursaut du Thunder avec 16 pts et 8  rebonds, bien épaulé par Manu Ginobili avec ses 23 pts, mais la défense des  Spurs a failli. "En première période, on a été mauvais en défense, comme on ne l'avait plus  été depuis longtemps. C'est un miracle d'avoir regagné les vestiaires avec  seulement quatre points de retard (57-53, NDLR)", a regretté Popovich. Le vainqueur de ce duel sera opposé en finale pour le titre NBA au  vainqueur de la finale de conférence Est qui oppose le double tenant du titre  Miami à Indiana. Le Heat mène par deux victoires à une, avant le match N.4 dans  sa salle lundi.

Vidéo : le résumé du match 3 Spurs-Thunder

Julien Lamotte

NBA