Houston s'offre Milwaukee, Boston vient à bout de Portland

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
NBA Harden
James Harden des Houston Rockets face aux Mavericks de Dallas, le 31 juillet 2020. | Mike Ehrmann / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Houston, plus shooteur que jamais et défendant comme il devrait le faire plus souvent, a fait tomber Milwaukee (120-116), dimanche en NBA, qui a également vu Boston avoir aussi le dernier mot, malgré un spectaculaire come-back de Portland.

Vivre ou mourir avec ses principes: c'est un peu le leitmotiv de l'équipe entraînée par Mike D'Antoni, éternel partisan d'un "run and gun" décomplexé (attaques express, shoots frénétiques). Les 61 tentatives à trois points (21 réussies) - record NBA sur un match sans prolongation égalé -, en sont la preuve. Si Russell Westbrook a été le leader d'attaque (31 pts, 8 passes, 6 rbds), James Harden a lui montré l'exemple en défense, en réussissant 6 interceptions sur les 15 de Houston (24 pts, 7 passes, 7 rbds).

Un leader qui tombe et de la frustration

Cette dissuasion constante a eu raison des Bucks (leaders à l'Est), peu habitués à y faire face, ce qui devrait pourtant se répéter durant les play-offs. Giannis Antetokounmpo a pourtant réussi une performance digne de son statut de MVP (36 pts, 18 rbds, 8 passes), mais il a manqué de lucidité à quelques secondes du terme, sa passe vers Kyle Korver ayant justement été chipée. Khris Middleton (27 pts, 12 rbds) et Brook Lopez (23 pts, 12 rbds) ont aussi été présents, mais c'est bien à l'énergie que Houston s'est imposé. Le voilà 4e à l'Ouest, avec Utah.

Le regard mi-éberlué, mi-furieux de Damian Lillard en disait long sur la frustration des Blazers, après cette passe en mode quarterback totalement ratée par son coéquipier Jusuf Nurkic, dont il était le destinataire. A 3 secondes du terme, elle a rendu le ballon aux C's tout heureux d'assurer un succès (128-124) bien plus serré qu'ils ne l'avaient imaginé. Car ils ont été ultra-dominateurs en première période, dans le sillage de Jayson Tatum (34 pts, 8 passes) et Jaylen Brown (30 pts), comptant jusqu'à 24 points d'avance, finalement effacée par Portland qui s'est offert une fin de match brûlante, grâce notamment à Gary Trent Jr (7/11 à trois points).

Lillard (30 pts, 16 passes), spécialiste des shoots au buzzer, n'aura donc pas eu l'occasion de rééditer ce genre d'exploit, mal servi par Nurkic qui a pourtant sorti lui aussi un gros match (30 pts, 9 rbds, 5 passes). Boston consolide sa 3e place à l'Est. Portland en revanche recule à la 10e place à l'Ouest, hors de la zone de barrage, même si c'est loin d'être terminé.

La perspective d'un barrage se réduit fortement à l'Est, avec la victoire du 8e Brooklyn contre le 9e Washington (118-110). Pour qu'il ait lieu, quatre victoires ou moins doivent les séparer. Or, on en est à 7. Il reste six matches à jouer pour chacun, autant dire que les Wizards n'auront quasiment plus droit à l'erreur en espérant que les Nets, eux, en commettent.

à voir aussi NBA : Milwaukee et Antetokounmpo redémarrent fort, Harden cartonne déjà, ce qu'il faut retenir de la nuit NBA : Milwaukee et Antetokounmpo redémarrent fort, Harden cartonne déjà, ce qu'il faut retenir de la nuit

San Antonio peut encore y croire

C'est ce qui s'appelle une victoire compte double: en battant le 8e, Memphis (108-106), San Antonio s'est non seulement emparé de la 9e place mais s'est aussi approché de sa victime du jour. Plutôt discret jusque-là, DeMar DeRozan (14 pts, 7 passes) a inscrit les lancers francs décisifs pour des Spurs qui ont tremblé jusqu'au bout, notamment face au rookie Ja Morant (25 pts, 9 rbds, 9 passes).Douzièmes avant la reprise de la saison, on donnait peu de chance à S.A. d'accrocher des play-offs pour la 23e année consécutive. Le chemin reste long, mais avec ce deuxième succès en deux matches, les Texans se retrouvent désormais virtuellement en barrages (4 victoires ou moins doivent séparer le 9e du 8e pour qu'ils aient lieu).

Battus pour la deuxième fois d'affilée, les Grizzlies sont condamnés à finir au mieux 8e à l'Ouest, Dallas étant pour sa part certain de finir au pire 7e. Une première participation en trois ans aux play-offs pour les Mavericks, célébrée par... une défaite contre Phoenix (117-115), après avoir pourtant mené quasiment tout du long et malgré les 40 points de Luka Doncic (11 passes, 8 rbds).

AFP