gordon hayward utah jazz 2017
Gordon Hayward sous le maillot du Jazz de l'Utah. | Gene Sweeney Jr. / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Gordon Hayward quitte l'Utah Jazz pour les Boston Celtics

Publié le , modifié le

Gordon Hayward, l'arrière-ailier d'Utah, va rejoindre les Celtics de Boston. A 27 ans, il est un des rares joueurs majeurs de la NBA à quitter la Conférence Ouest pour aller à l'Est.

Rudy Gobert se sera battu pour rien. Depuis plusieurs semaines, le pivot français du Jazz de l'Utah multipliait les messages sur les réseaux sociaux avec un objectif : convaincre son coéquipier Gordon Hayward de rester. Devenu agent libre, l'ailier-arrière de 27 ans était courtisé par Boston et Miami. Mais Hayward a annoncé cette nuit sa décision de rejoindre les Celtics. Avec à la clé un contrat de 128 millions de dollars (112 millions d'euros) sur 4 ans. "Cette décision a été la plus dure de ma vie" a-t-il déclaré sur le site The Players' Tribune. 

Boston tient sa super-team

L'arrivée de Gordon Hayward, après sept ans à Salt Lake City, est un gros coup des Celtics. Ils ajoutent une nouvelle star à un effectif déjà impressionnant avec Isaiah Thomas, Al Horford et Avery Bradley. Leader de la saison régulière à l'Est et finaliste de conférence, ils ont tout de même récupéré le troisième choix de la draft grâce à un échange avec Brooklyn en 2013 (les Celtics s'étaient alors séparés de Paul Pierce, Kevin Garnett et Jason Terry). Avec, ils ont pu récupérer le très prometteur Jayson Tatum.De quoi espérer concurrencer Cleveland et LeBron James, vainqueurs 4 matches à 1 des Celtics en finale de conférence. 

L'Est retrouve des couleurs 

Cette arrivée redonne le sourire à la Conférence Est. Comme depuis plusieurs saisons, elle a vu cet été certains de ses meilleurs joueurs partir à l'Ouest. Paul George d'Indiana à Oklahoma City, Jimmy Butler de Chicago à Minnesota ou encore Paul Millsap d'Atlanta à Denver, l'effectif de l'Est pour le All-Star Game perdait beaucoup. Et l'intérêt des playoffs aussi. L'arrivée d'Hayward n'inverse pas la tendance, elle ne la freinera peut-être même pas, mais elle est un répit bienvenue pour l'Est. 

Hugo Monier @hgo_mon