Zion Williamson
Zion Williamson sous le maillot de l'université de Duke | Patrick Smith / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Draft 2019 : L'avènement du roi Zion

Publié le , modifié le

Sauf énorme surprise, Zion Williamson sera choisi en numéro 1 par les New Orleans Pelicans au cours de la draft 2019 cette nuit. Le prodige de 18 ans est l'un des joueurs les plus attendus de ces dernières années et son impact sur la NBA pourrait être comparable, pour certains, à celui de Lebron James. Parmi les autres pépites annoncées, un Français pourrait être sélectionné dans le Top 10 : Sekou Doumbouya.

Une attente à la démesure du joueur

Zion, le paradis sur terre selon les rastafaris, se situerait donc à la Nouvelle Orléans. C'est dans la capitale de la Louisiane que Zion Williamson est en effet censé apporter la lumière. Même si le message véhiculé par l'image de ce joueur de 2 mètres pour 130 kilos prône plutôt la terreur pour ses futurs adversaires... Cependant l'ailier de Duke est aussi cool qu'il est explosif sur un parquet. La pression à l'idée d'être l'élément central d'une équipe NBA à 18 ans? "Cela ne me tracasse pas", a-t-il répondu. "Ceux qui me connaissent savent que j'essaye de rendre tout amusant." 

Les Pelicans, qui n'avaient que 13% de chances d'hériter du premier choix de la draft, tiennent peut-être le futur de la ligue. Personne ne les voit passer à côté de cette chance et, même s'ils n'ont pas voulu officialiser leur décision avant l'heure, ils devraient jeter leur dévolu sur l'ancien "Blue Devil" autour de 19H00 locale au Barclays Center de Brooklyn. Jamais, dans l'histoire, on n'avait vu un joueur de ce gabarit cavaler sur le terrain avec une telle vélocité et s'élever aussi haut, tout en dominant physiquement tous ses adversaires.

Le potentiel de ce gaucher de 18 ans (il fêtera ses 19 ans le 6 juillet) fait fantasmer la NBA comme aucun joueur avant lui, pas même LeBron James, même si certains questionnent sa taille réelle, la fiabilité de son tir ou le risque de blessure que présente une morphologie pareille. "Pour moi, c'est un Charles Barkley en plus athlétique, et c'est dingue à dire", expliquait, début avril, l'ancien meneur de Detroit Isiah Thomas sur ESPN, en référence à l'ailier qui domina les cercles au milieu de joueurs à qui il rendait dix voire quinze centimètres.

A La Nouvelle-Orléans, Williamson devrait trouver une franchise en pleine restructuration après le transfert aux Los Angeles Lakers de sa star Anthony Davis, qui voulait quitter la Louisiane depuis des mois. Incapables de retenir leur vedette, après avoir déjà laissé partir Chris Paul en 2011, les Pelicans veulent ouvrir une nouvelle ère et disposeront pour cela du quatrième choix de la draft, en plus du premier, hérité du transfert d'Anthony Davis.

Une draft digne de celle de 2003 ?

La cuvée 2019 promet d'être un très grand cru car, derrière Williamson, elle regorge de talents. Au point de dépasser, par sa qualité, le millésime 2003 ? Cela paraît difficile de surpasser cette référence qui avait vu débarquer en NBA LeBron James (n°1), Carmelo Anthony (3), Chris Bosh (4) et Dwyane Wade (5). L'objectif, pour les franchises derrière la Nouvelle-Orléans, sera donc de trouver un joueur du calibre de ceux précités et d'éviter de tomber sur le nouveau Darko Milicic (n°2 en 2003).

Les candidats à la gloire sont légions. Si les trois premiers choix font l'unanimité chez les pronostiqueurs, avec le meneur de Murray State Ja Morant et l'autre ailier de Duke R.J. Barrett derrière Williamson, c'est l'incertitude ensuite, d'autant que plusieurs franchises sont prêtes à des échanges, selon divers médias américains. Plusieurs équipes se positionnent ainsi avant un été qui s'annonce bouillant sur le marché des transferts, avec une série de pointures disposées à faire leurs bagages, de Kawhi Leonard à Kevin Durant, en passant par Kyrie Irving.

Doumbouya plus haut que Ntilikina ?

La question vaut plus par son côté symbolique car l'on sait très bien que la valeur et la réussite d'une carrière ne tient pas à son rang de draft. Frank Ntilikina, joueur français choisi le plus haut de l'histoire (8e position en 2017 par les Knicks) est là pour le rappeler, lui qui peine à faire son trou en NBA. Sekou Doumbouya, est annoncé quant à lui entre la 7e et la 13e position par les experts et, toujours selon eux, Chicago et Washington seraient très intéressés par le profil de ce joueur de 18 ans, formé au CSP Limoges. S'il reste un diamant à polir, son envergure et ses qualités défensives ont déjà tapé dans l’œil de nombreuses franchises.