Coronavirus : Gregg Popovich, l'emblématique coach de San Antonio, fustige la fin du port du masque obligatoire au Texas

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Gregg Popovich
Gregg Popovich, entraîneur des Spurs de San Antonio, le 1e mars 2021. | TOM PENNINGTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Gregg Popovich, entraîneur de l'équipe de NBA des Spurs de San Antonio n'approuve pas les nouvelles décisions du gouvernement du Texas concernant le coronavirus. Alors que Greg Abbott, gouverneur républicain a annoncé la levée de l'obligation du port du masque et la réouverture totale des commerces, Popovich s'est indigné. Qualifiant même la situation d'"aberrante" et "ridicule".

Il était l'une des figures opposées à Donald Trump. Homme de conviction aux colères légendaires et à l'humour caustique, Gregg Popovich n'a jamais caché son attachement à la lutte contre le coronavirus. Alors, l'annonce de la levée d'obligation du port du masque dans son état l'a fait bondir.

"Se débarrasser des masques relève tout simplement de l'ignorance"

Après le match contre New York, remporté par son équipe 119-93, Gregg Popovich a déclaré : "En ce qui concerne les joueurs, nous écoutons la NBA, pas le gouverneur. C'est une décision aberrante. Elle met beaucoup d'entreprises dans une situation difficile, je pense. Elles essaient de faire du bon travail pour assurer la sécurité de tout le monde, bien sûr qu'elles veulent ouvrir. Mais se débarrasser des masques relève tout simplement de l'ignorance".

Remonté contre la décision, le coach a même rajouté : "Nous devrions être immédiatement satisfaits et agir comme si la pandémie était terminée ? Nous avons déjà vécu cela une fois, et nous allons le refaire? Quand vous allez dans ces restaurants, vous enlevez vos masques de toute façon quand vous mangez. Alors, à quel point est-ce difficile (de le garder) ?" À 72 ans, lui même vacciné contre le covid-19, Gregg Popovich a rajouté : "On peut penser qu'il y aura d'autres infections. Tout d'un coup, on fait comme si c'était fini, quand la science nous dit le contraire, et on dit : si vous êtes infecté, vous mourrez, c'est comme ça, il faut rouvrir. Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire. C'est vraiment ridicule"

La fin du port du masque et des vaccins pour tous les Américains

"À partir de mercredi prochain, tous les commerces de tout type peuvent ouvrir à 100% de leur capacité", a déclaré Greg Abbott, le gouverneur du Texas, dans un décret qui "met fin au port obligatoire du masque dans tout l'Etat" en place depuis juillet 2020. Pour justifier cette décision, il a affirmé ce mardi 2 mars, que le deuxième Etat le plus peuplé des États-Unis avait "les moyens de protéger" sa population du coronavirus: "Grâce aux avancées médicales des vaccins et des traitements aux anticorps, le Texas a désormais les moyens de protéger les Texans du virus", a-t-il insisté.

La directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique du pays, avait pourtant mis en garde contre tout relâchement. Notamment sur le port du masque. Puisque depuis le début de l'épidémie, près de 44.000 personnes sont mortes au Texas,  selon les données de l'université Johns Hopkins.

En parallèle de cette décision, qui ne fait pas l'unanimité, le Président des Etats-Unis, Joe Biden, affirmait dans un tweet que tous les Américains seraient vaccinés d'ici le moi de mai : "Avec nos efforts pour augmenter la production, nous aurons suffisamment de vaccins pour chaque Américain d'ici la fin mai."

Avec AFP

France tv sport francetvsport