Golden State face à Cleveland
La rage de Kyrie Irving et, en arrière plan, la déception de Klay Thompson | AFP - GETTY IMAGES

Cleveland reprend espoir en gagnant le match 5 chez les Warriors

Publié le , modifié le

Cleveland, emmené par LeBron James (41pts, 16rbds, 7 passes) et Kyrie Irving (41pts, 6 passes pour un record en carrière en play-offs), s'est imposé (112-97) dans la salle de Golden State. En l'absence de Draymond Green suspendu, et sans son ailier fort Bogut sorti dès le 3e quart-temps, les Warriors ont peiné, malgré le double-double d'Iguodala (15pts, 11rbds, 6 passes) et les 25pts et 7rbds de Curry. Ils mènent encore (3-2) avant le match 6 à Cleveland.

LeBron James. Ce nom représente tous les maux de Golden State dans ce match 5. C'est en effet en raison d'une altercation avec lui lors du match 4 que Draymond Green a été suspendu pour ce 5e acte. Une absence forcément préjudiciable. Et malgré tous les sifflets qui sont tombés de l'Oracle Arena à chaque fois qu'il touchait un ballon, "King James" a montré qu'il était un grand. La star des Cavaliers a martyrisé les champions en titre dans leur salle où ils n'avaient concédé jusqu'à lundi que trois défaites cette saison, avec son impact physique, ses 41 points, 16 rebonds, sept passes décisives et trois contres. Jamais deux joueurs de la même équipe n'avaient inscrit plus de 40 points dans une finale NBA. Avec James et Irving, Cleveland l'a fait.

Bien évidemment, leur mission n'est pas terminée pour offrir sa première bague de champion à sa franchise. L'équipe reste encore menée (3-2) par le champion en titre. Le match 6, à domicile, pourrait placer les Cavs sur le chemin d'un exploit. Mais une partie du chemin est déjà faite avec ce succès à l'extérieur, dans une salle qui n'était tombée que trois fois cette saison, au moment où l'équipe de l'Ohio était au bord du précipice.

Golden State a pourtant bien débuté ce match qui pouvait lui offrir le cinquième titre NBA de son histoire: Klay Thompson, survolté, lui a donné jusqu'à sept points d'avance dès la première période. Mais à partir de la 2e période, Cleveland a pris nettement le dessus grâce à James, mais aussi à Kyrie Irving. Le meneur des Cavaliers, souvent dans l'ombre de son illustre coéquipier, a été décisif et impressionnant avec ses 41 points (17 sur 24 au tir), mais aussi son marquage très agressif sur Stephen Curry, limité à 25 points (8 sur 21 au tir). 

"On a joué à un rythme incroyable, on a vraiment haussé notre niveau de jeu par rapport au match N.4, il faudra conserver cette agressivité dans notre salle", a analysé Irving qui est devenu le deuxième joueur de l'histoire après Wilt Chamberlain à dépasser les 40 points et les 70% de réussite dans un match d'une finale NBA. "Notre état d'esprit pour ce match était de tout faire pour prolonger cette finale et ne pas avoir des regrets, on a réussi un très grand match, ce qu'a fait Kyrie est pour moi l'une des plus grandes performances que j'ai jamais vue", a apprécié "King James".

Green de retour et revanchard pour le match 6

Les Cavaliers ont définitivement fait la différence en troisième période où Golden State a perdu sur blessure Andrew Bogut. L'absence de Draymond Green, suspendu pour ce match après une altercation avec James lors du précédent match, a pesé lourd: l'ailier fort qui tourne à 14,8 points et 9,3 rebonds par match depuis le début de la finale, est un élément-clef de Golden State. "Draymond fait un peu tout dans notre jeu, il tire, il coordonne, il défend, il est l'âme de cette équipe, il nous a manqué, c'est clair, mais on a laissé trop d'espaces à Kyrie Irving et LeBron James", a admis Thompson qui a fini la rencontre avec 37 points, dont 26 inscrits avant la pause. Son retour pour le match N.6 pourrait changer la donne.

"On a travaillé dur toute la saison pour en arriver là, on est déçu de ne pas avoir +fini+ cette finale à la maison, mais on va tout faire pour remporter ce titre jeudi", a espéré Curry. "On a mal joué, ils ont mieux joué que nous, mais je préfère être encore dans notre situation que dans la leur", a conclu Steve Kerr, l'entraîneur de Golden State.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze