Les Celtics enchaînent une 4e défaite consécutive
Garnett, Rondo et Bass incrédules face aux performances médiocres de leur Celtics | HARRY HOW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Boston en plein cauchemar

Publié le , modifié le

De retour à domicile après un road trip de trois matches marqué du sceau de la défaite, les Boston Celtics ont enchaîné un quatrième revers cette nuit contre Memphis (93-83). Les hommes de Doc Rivers plongent à la 9e place de la Conférence Est. Chez les Français, Parker, Séraphin et Mahinmi ont flambé quand Batum a ronronné et Noah a renoncé.

Quatrième de la Conférence Est l'an passé et défaits en finale de Conférence par le futur champion NBA Miami, les Celtics de Boston ne sont plus que l'ombre de la terreur qu'ils étaient depuis cinq saisons et la réunion du Big Three Garnett, Pierce et Allen. Le départ de ce dernier à l'été a bel et bien sonné le glas des belles années dans le Massachussets. Si la situation n'est pas encore catastrophique et la saison encore longue, les troupes de Doc Rivers ne semblent pas en mesure de lutter avec les cadors.

Paul Pierce esseulé

De retour d'un road trip catastrophique à l'Ouest où ils ont tour à tour subi la loi des Clippers, des Warriors et des Kings, encaissant chaque fois plus de 100 points, les C's pensaient retrouver un coin de verdure en accueillant les Grizzlies au TD Garden. Las, les coéquipiers d'un Paul Pierce seul à surnager dans le marasme (17 points, 7 rebonds) ont aligné une quatrième défaite consécutive contre Memphis, 4e à l'Ouest. Ce revers repousse la franchise aux 17 bagues hors de la zone de qualification en playoffs (9e à l'Est, 14 victoires – 17 défaites).

Malgré le retour d'Avery Bradley, Boston n'a rien pu faire face à des Grizzlies supérieurs dans tous les compartiments du jeu, à l'image de leur adresse diabolique derrière la ligne à trois points (8/18, 44,4% de réussite). Mike Conley (23 pts, 9 passes), Tony Allen (15 pts) et Rudy Gay (19 pts) s'en sont donnés à cœur joie face à une équipe amorphe, en témoigne la faillite des cadres (Garnett, 17 pts à 6/14 aux tirs et Rondo 11 pts, 10 passes à 4/11 aux tirs).  S'ils ne parviennent pas à mettre plus d'intensité dans leur jeu les hommes au Trèfle vont au devant de plus cruelles désillusions encore. Comme une non qualification pour la "post season" par exemple. Ce serait la première fois depuis 2008 que les Celtics, champions NBA la même année, ne verrait pas le printemps.

Séraphin et Mahinmi au top

Les Clippers ont quant à eux enchaîné un second revers de rang. Après que Denver ait mis fin à leur belle série de 17 succès consécutifs hier, Golden State a de nouveau fait chavirer l'autre franchise de Los Angeles (115-94). Pas la meilleure des manières de préparer le derby face aux Lakers dans deux jours. A l'autre bout du pays, Miami a eu besoin de chance et d'une prolongation pour terrasser Dallas (119-109). Sans oublier un LeBron James intersidéral (32 pts, 12 rbds, 9 passes) et un D-Wade royal (27 pts, 10 rbds). 

La nuit a réservé divers sorts à nos frenchies. Joakim Noah, malade, n'a pu participer à la victoire des Bulls contre Orlando (96-94), quand Nicolas Batum (10 pts, 4 rbds, 4 passes mais 4/12 aux shoots) a sombré comme tout Portland face à Toronto (102-79). Ronny Turiaf (3 pts, 2 rbds) et Rodrigue Beaubois (3 pts) n'ont pu aider les leurs dans la défaite. A l'inverse, Kevin Séraphin et Ian Mahinmi ont brillé et se sont livrés un beau duel dans la peinture. Secoué par son coach et son équipier Nene la semaine dernière, Mister K aligne les bonnes sorties dont celle-ci face aux Pacers (16 pts, 9rbds). Avec 9 points et 11 rebonds, Mahinmi affiche des stats moins flatteuses, mais repart avec la victoire (89-81). 

Le meilleur, c'est Parker

Dans la victoire des Spurs sur Milwaukee (117-110), la 7e consécutive pour les Texans, Nando De Colo n'a pas réellement eu voix au chapitre (2 minutes de jeu). Boris Diaw a fait un bon match (9 pts, 4 rbds). Adoubé par l'Amiral David Robinson cette semaine, Tony Parker a justifié les louanges tressées par l'ancien pivot emblématique de la franchise texane. Avec 23 points et 11 passes, TP a guidé les siens, bien épaulé par un Tim Duncan impérial (28 pts, 13 rbds, 6 passes) et un Ginobili en jambes (16 pts, 6 passes). 
 

 

Jerome Carrere