Stephen Curry (Golden State Warriors)
Stephen Curry l'arme fatale des Golden State Warriors | EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Avec Curry et Thompson, les Golden State Warrios planent sur la NBA

Publié le , modifié le

Après sa victoire la nuit dernière sur Houston (105-93), Golden State caracole plus que jamais en tête de la NBA. Les Warriors présentent le bilan complètement fou de 19 victoires pour 2 défaites après un mois et demi de compétition. Emmené par son duo Curry-Thompson, la franchise de San Francisco fait souffler un vent de fraîcheur agréable sur la NBA.

Les Cavaliers avec le retour de LeBron James ? Pas mal, peut mieux faire. Les Spurs, champion en titre ? Mention passable. Les Clippers et leur effectif ultra-complet ? Bien, sans plus. Les Warriors et leur nouveau coach ? Félicitations du jury !

Qui aurait prédit, il y a un mois et demi, que la franchise californienne aurait le meilleur bilan de la Ligue après une vingtaine de rencontres ? Probablement pas grand monde. Et pourtant, Golden State est là et bien là. Avec leurs 19 victoires en 21 matches ( !), les Warriors comptent deux victoires d’avance sur Memphis, l’autre surprise de ce début de saison. Sur ses 21 rencontres, Golden State l’a emporté 11 fois de plus de 15 points ! C’est dire la marge dont elle dispose.

Steve Kerr, le chef d'orchestre

La réussite de Golden State c’est avant tout celle d’un homme. Non non pas Stephen Curry, fabuleux et MVP probable si la saison s’arrêtait là, plutôt Steve Kerr. Avec son succès face à Houston, l’ancien joueur des Bulls et des Spurs notamment est devenu le premier entraîneur de l’histoire de la NBA à commencer sa carrière par un 19-2. Phil Jackson, l’ancien coach de Kerr à Chicago, aurait bien voulu enrôler son protégé aux Knicks à l’intersaison. Comme souvent, le « Zen Master » a eu le nez creux. Pas de chance, le joueur le plus adroit à trois points de l’histoire de la Ligue a préféré la douceur de San Francisco au tumulte de Big Apple. Et pourtant la tâche n’était pas simple. Marck Jackson, le coach précédent avait mené ses jeunes pousses vers les sommets. Surtout, il était adoré de son effectif. Steve Kerr réussi l’exploit de faire oublier Jackson dans les cœurs des fans et sans doute dans celui de ses joueurs aussi.

Curry-Thompson, les armes fatales

Car s’il y en a bien un qui s’est parfaitement acclimaté à son nouvel entraîneur, c’est Stephen Curry. Le fils de Dell plane sur la NBA. Ses shoots somptueux et décisifs régalent les fans de la NBA. Leader, scoreur, passeur, clutch, Steph Curry est le nouveau chouchou de la grande ligue. Si la saison s'arrêtait ce 11 décembre, Curry serait à coups sûrs MVP de la Ligue.

A ses côtés, Klay Thompson a lui aussi franchi un cap. Ses 43% longue distance en font l’un des meilleurs shooteurs de la ligue (sur un volume de shoot importants). Avec 21 points de moyenne, il a augmenté de trois points sa production par match. Au point que certains se demandent s’il n’est pas actuellement le meilleur poste 2 de NBA…

Et maintenant ?​

Aujourd’hui, qui peut arrêter les Warriors ? Pas grande à première vue. Seule deux franchises ont dominé Golden State cette saison. Phoenix d’abord mais surtout San Antonio. Dans un match maîtrisé à l’Oracle Arena, les coéquipiers de Tony Parker avaient envoyé un message fort à la ligue. Oui, Kerr et ses joueurs dominent la ligue mais les Spurs sont toujours favoris à leur propre succession.

En outre, s’il fallait trouver quelque chose à redire sur le début de saison des Warriors, on pourrait s’intéresser à leur calendrier. Sur 21 matches, ils n’ont rencontré « que » six fois des équipes du haut de tableau NBA (pour 5 victoires et 1 défaite). En un mois, Golden State va rencontre Memphis (le 16 décembre), Oklahoma City (le 18 décembre) les Clippers (le 25 décembre), Toronto (le 2 janvier), Oklahoma City (le 5 janvier), Cleveland (le 9 janvier) et encore Oklahoma City (le 16 janvier). Au sortir de ce mois de folie, on en saura plus sur les capacités de Curry et sa bande.

D'une franchise moribonde, Golden State est en tout cas passé en quelques années à un statut de franchise pétillante et en devenir. Avec la nouvelle salle qui arrivera pour la saison 2018/2019, Golden State a un avenir. Ne reste qu'à Curry et les autres à écrire son présent.

NBA