Après l'affaire Jacob Blake, le sport américain frappé par un mouvement inédit et historique

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Le mouvement Black Lives Matter sur les parquets de NBA
Le mouvement Black Lives Matter sur les parquets de NBA | POOL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Enclenché par la décision des Milwaukee Bucks de ne pas jouer son match de play-off de NBA mercredi, un mouvement de boycott et de contestation au sein du sport américain prend une ampleur considérable ces dernières heures. Des actions en soutien à Jacob Blake, qui a reçu sept coups de feu dans le dos dimanche dernier lors d'une interpellation. Historique et totalement inédit, ce mouvement touche toutes les disciplines et pourrait continuer de se propager dans les prochains jours.

Le mouvement n’a commencé qu’hier mais s’est propagé en quelques heures, avec un effet boule de neige, provoquant une réaction inédite et historique de la part des acteurs du sport américain. Mercredi soir, moins d’une heure avant le début de leur match 5 du premier tour des play-offs de NBA contre l’Orlando Magic, les Milwaukee Bucks ont décidé de boycotter leur rencontre afin de protester contre les violences policières qui déchirent le Wisconsin depuis quelques jours.

Dimanche dernier, Jacob Blake, jeune afro-américain de 29 ans, a reçu à Kenosha - à 60 kilomètres au sud de Milwaukee - sept coups de feu dans le dos lors d’une interpellation policière. Alors que la vidéo, qui a fait le tour du monde, semble prouver que Blake ne faisait pas acte de résistance, le ministère de la Justice du Wisconsin insiste sur la présence d’un couteau dans la voiture du jeune homme. En réanimation, Jacob Blake aurait perdu l’usage de ses jambes.

La décision des Bucks, franchise de l’un des meilleurs joueurs de la Ligue et meilleur défenseur de la saison Giannis Antetokounmpo, a rapidement pris une ampleur considérable. Totalement inattendue, elle aura provoqué une immense stupéfaction car le sport américain n'avait jamais connu une telle prise de position. Mais trois mois seulement après la mort George Floyd, tué lors d’un contrôle policier à Minneapolis et qui avait déjà provoqué d’intenses réactions dans le monde du sport américain alors qu'il était à l'arrêt en raison de l'épidémie de Covid-19, il ne pouvait pas en être autrement.

Quatre ans jour pour jour après Kaepernick

Symboliquement, le boycott des Milwaukee Bucks est intervenu quatre ans, jour pour jour, après le geste de Colin Kaepernick, un genou à terre et le poing levé, repris à leur guise par des athlètes du monde entier pour symboliser le mouvement Black Lives Matter. Le 26 août 2016, Kaepernick, joueur de NFL, avait ainsi refusé de se lever durant l’hymne national américain pour protester contre le traitement des Afro-Américains aux États-Unis. Sanctionné et mis au placard pendant plusieurs saisons, Kaepernick a depuis reçu des excuses. "On aurait dû l’écouter plus tôt", a concédé Roger Goodell, commissaire de la NFL.

L’annonce du boycott des Milwaukee Bucks a donc provoqué des remous dans l’ensemble du sport américain dans les heures qui ont suivi, dans la nuit de mercredi à jeudi : les trois matches de NBA prévus ont été reportés, tout comme ceux de la WNBA (Women NBA), une rencontre de Major League soccer entre Atlanta et Miami, et trois de la Major League Baseball ont également été annulées.

Dans la foulée de ces multiples reports, les joueurs et dirigeants de la NBA se sont réunis afin de discuter de la fin de la saison. Et selon plusieurs journalistes américains, les franchises des Lakers et des Clippers auraient voté en faveur d’un arrêt de la saison en cours. "Ce vote relève davantage de la consultation que d’un vote final. (…) La reprise des play-offs reste toujours d’actualité", a tenu à préciser Adrian Wojnarowski, journaliste pour ESPN.

Les récents événements ne devraient pas apaiser les athlètes

Si la saison de NBA pourrait aller à son terme - une réunion doit se tenir ce jeudi à 17h heure française -, ces différentes prises de position en disent long de la lassitude et de la colère grandissantes des sportifs autour de ces questions raciales. Le basket, sport le plus progressiste aux États-Unis, apparaît ainsi comme le porte-étendard d’un mouvement qui se propage à grande vitesse, avec comme tête d’affiche LeBron James. Après la victoire des Lakers contre Portland dans la nuit de lundi à mardi, King James avait exprimé sa tristesse suite à l’événement de dimanche dernier, appelant les gens à aller voter aux élections présidentielles de novembre : "Mes prières vont à la famille de Jacob Blake et j’espère que nous pourrons changer quelque chose. (…) Le changement commence en novembre".

Quatre ans après l’affaire Kaepernick, les questions de justice sociale semblent donc avoir gagné en influence aux États-Unis chez des sportifs bien décidés à ne plus laisser passer le moindre écart. Les prises de position d’un athlète aussi influent que LeBron James et de franchises aussi puissantes que les Lakers et les Clippers en sont l’illustration parfaite. Les récents événements - avec l'arrestation d'un jeune militant de 17 ans pro-Trump accusé d'avoir assassiné deux manifestants - ne devraient pas apaiser le sentiment de colère et d'incompréhension chez ces athlètes engagés.

Le basket dicte la marche à suivre

Signe que les événements des dernières heures sont historiques, Naomi Osaka, ancienne numéro 1 mondiale, s’est retirée du Masters 1000 de Cincinnati alors qu’elle devait y disputer une demi-finale contre Elise Mertens. "Je ne m’attends pas à ce que quelque chose de radical se produise si je ne joue pas, mais je peux engager une discussion dans un sport majoritairement blanc, je considère que c’est un pas dans la bonne direction", a ainsi expliqué la Japonaise qui possède la nationalité américaine, avant de préciser que "en tant que femme noire, j’ai l’impression qu’il y a des questions beaucoup plus importantes qui nécessitent une attention immédiate, plutôt que de me regarder jouer au tennis".

Jusque-là relativement épargné par les questions de justice sociale, le tennis se voit désormais impliqué et les organisateurs du tournoi de Cincinnati ont décidé, pour la toute première fois de leur histoire, de repousser les demi-finales qui devaient se dérouler dans la nuit de jeudi à vendredi au lendemain en signe de soutien à Jacob Blake. Les organisateurs de l'US Open, qui débutera lundi, doivent également suivre de près la situation, car certains joueurs pourraient déclarer forfait en soutien à ce mouvement inédit et historique de protestation.

Les décisions prises par les dirigeants et les joueurs de la NBA dans les prochaines heures seront décisives. Sport le plus engagé dans la lutte contre les discriminations raciales, le basket pourrait dicter la marche à suivre aux autres disciplines. En cas de reprise de la saison de NBA, les autres sports pourraient ainsi se mettre en retrait. À moins que la vague de contestation ne soit tellement forte qu'elle consacre un écœurement qui gagne du terrain chez les athlètes de toute discipline et les pousse tous ensemble à dire stop.

à voir aussi NBA : les Lakers de LeBron James et les Clippers ont voté pour l'arrêt de la saison NBA : les Lakers de LeBron James et les Clippers ont voté pour l'arrêt de la saison