Tony Parker Spurs SA 11122012
Tony Parker continue d'impressionner en NBA. | LAYNE MURDOCH/NBAE/GETTY IMAGES/AFP

NBA: Et Tony Parker prit feu...

Publié le , modifié le

Stratosphérique. Tony Parker, auteur de son premier triple double en carrière (27 points, 12 rebonds et 12 passes décisives), a grandement contribué au succès des Spurs sur le parquet de Houston (126-134 a.p). Et ce malgré un Jérémy Lin en feu (36 pts, 7 rbs). A noter également les victoires logiques de Miami sur Atlanta (101-92) et de Portland contre Toronto (92-74).

Il aura attendu douze ans… Douze ans après son arrivée en NBA -soit 825 matchs jusqu'ici- Tony Parker a livré une performance de choix -un triple double, son premier en carrière (27 points, 12 rebonds, 12 passes décisives)- pour mener son équipe à la victoire, à Houston (126-134 a.p). "J'étais un peu dans l'état d'esprit du 'si on perd, de toute façon, personne n'en tiendra compte'. Mais là, on a gagné, c'est encore plus génial", a savouré le Français, rebaptisé pour l'occasion "Mister Triple-Double" dans le vestiaire des San Antonio Spurs.

Parker conclut en beauté

Il a en effet fallu aux partenaires de Tim Duncan -discret comme rarement (10 pts, 1/10 aux tirs)- s'employer plus qu'à l'accoutumé pour remporter le derby du Texas. Car les Rockets, pourtant privés de James Harden (entorse à la cheville droite), ont contraint -par deux fois- TP et les siens à basculer dans la tant redoutée "overtime period" (la prolongation). Le "Frenchie", d'abord, manquait le shoot de la gagne (120-120), avant que Delfino -à l'arrachée- ne contre Duncan sur un ultime "jumper". Inespéré…

Cependant, la suite étant (presque) jouée d'avance, les chances de Houston s'amenuisaient à chaque minute. Gary Neal (29 pts, 7/10 à 3 pts), Green et Ginobili assommaient -tour à tour- le Toyota Center. Et scoraient ainsi un +8 en trois minutes… face à des Rockets, lessivés et incapables de mettre un pied devant l'autre. Comme un symbole, Tony Parker -encore lui- venait enterrer définitivement les espoirs de l'autre franchise du Texas sur deux lancers francs. "Il nous a gardés dans le match toute la soirée. Il a été magnifique en défense comme en attaque", a d'ailleurs reconnu Gregg Popovich, coach des Spurs souvent avare en compliments. Car avec ce succès, le cinquième consécutif, SA passe en tête l’Ouest, devant OKC qui n’a pas joué.

Wade écœure les Hawks

Sous les yeux du gratin du show-business (Jay-Z, Beyoncé ou encore Floyd Mayweather Jr.), le Heat -champion en titre- a sorti les chevaux pour se défaire d'Atlanta (101-92), dans le match choc de la nuit à l’Est. Et c'est encore des "Three Amigos", ici LeBron James, Chris Bosh et Dwyane Wade, qu'est venue la solution. Du dernier cité, plus précisément.. En effet, "Flash" a rentré 11 de ses 13 tirs, soit son meilleur ratio en carrière ! Sans cela, le sort d'Al Horford (20 pts, 11 rbs) et consorts aurait sans doute été différent.

Dallas a également connu le succès contre Sacramento (119-96). Et ce grâce à un collectif bien rôdé, sept joueurs pointant à 11 points et plus. Les Mav' ont notamment ridiculisé leur adversaire d’un soir en leur infligeant un improbable 32-3 à cheval sur les deux premiers quart-temps (de 29-29 à 61-33 !). Enfin, Portland, emmené par un très bon LaMarcus Aldridge (30 pts, 12 rbds), et en l'absence de Nicolas Batum, n'a fait qu'une bouchée de Toronto (92-74). Une soirée à vite oublier pour Mike Piétrus...

Résultats de la nuit de lundi à mardi :
Dallas - Sacramento : 119-96
Miami - Atlanta : 101-92
Portland - Toronto : 92-74
Houston - San Antonio : 126-134 a.p.
Philadelphie - Detroit : 104-97
Charlotte - Golden State : 96-104