Derek Fisher, président de l'Association des joueurs
Derek Fisher, président de l'Association des joueurs. | Patrick McDermott / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

NBA - Aucun accord en vue

Publié le , modifié le

Les propriétaires de clubs et les joueurs n'ont toujours pas trouvé d'accord mercredi après douze heures de discussions pour sortir du lock-out qui a empêché le début de la saison de NBA 2011-2012, mais ils se retrouveront jeudi à 12 heures (18 heures françaises). Le lockout dure depuis 132 jours.

Le patron de la NBA David Stern avait donné jusqu'à mercredi aux joueurs pour accepter une nouvelle offre émise samedi. L'ultimatum a expiré mais Stern a décidé après 12 heures de discussions qu'il "était temps de marquer une  pause" et que les négociations reprendraient "jeudi midi"."Je ne peux lire ni signe optimiste ni signe pessimiste. Nous n'avons pas  échoué, nous n'avons pas réussi. Nous sommes juste là", a déclaré David Stern après la réunion avec les joueurs. "Nous ne pouvons pas dire qu'il y a eu des progrès significatifs aujourd'hui. Nous allons revenir et nous verrons s'il est possible de faire un  effort pour trouver une solution", a indiqué pour sa part Derek Fisher, le représentant des joueurs.

Les deux parties s'opposent principalement sur deux points: les modalités de plafonnement de la masse salariale des clubs (salary cap) et le partage des quelque quatre milliards de dollars de revenus annuels de la NBA. Dans le précédent accord collectif de travail (CBA), dénoncé le 1er  juillet, les joueurs touchaient 57% de ces revenus. Les propriétaires veulent  mettre le curseur à 50-50 mais les joueurs ne veulent pas descendre sous les  52,5%. Une différence qui équivaut à une somme d'environ 100 millions de  dollars par an.

Au total, 221 matches ont déjà été annulés, soit toutes les rencontres de  la saison régulière du mois de novembre. C'est la deuxième fois dans l'histoire de la NBA qu'un conflit du travail  empêche la tenue d'une saison pleine. En 1998-1999, la saison régulière avait  été réduite à 50 matches par équipe et n'avait commencé qu'en février 1999, après 204 jours de lock-out. Mercredi marquait le 132e jour du présent conflit.

Le lockout signifie que les clubs ne peuvent plus mener de négociations  pour des transferts ou faire signer des joueurs agent libre, que les joueurs ne  sont plus payés, qu'interdiction leur est faite d'accéder aux installations  sportives de leur club et d'avoir des contacts avec leur entraîneur.

AFP