Jekel Foster
Jekel Foster face aux Catalans | AFP

Nanterre crée l'exploit à Barcelone

Publié le , modifié le

Nanterrre a redressé la tête en Euroligue, après deux défaites, en allant signer son premier succès dans cette compétition. Et quel succès ! Obtenu jeudi dans la salle de l'illustre équipe de Barcelone (71-67) au terme d'un match plein où la défense des champions de France a étouffé les velléités offensives du Barça. Cet exploit permet aux Franciliens de se relancer en Euroligue.

La claque subie contre le Partizan (73-43), lors de leur précédent match, après une courte défaite face au CSKA Moscou en ouverture, semble leur avoir servi de leçon. Contre les Catalans, les banlieusards parisiens, qui n'avaient à la base d'autre objectif que de prendre de l'expérience en Euroligue en faisant bonne figure, selon leur entraîneur Pascal Donnadieu, n'ont jamais baissé les bras. Avec 14 points et 7 rebonds, Deshaun Thomas a été l'un des héros de cette rencontre qui a longtemps attendu avant de choisir son vainqueur.

La JSF était pourtant très mal partie, sans doute inhibée par l'enjeu et l'étiquette de l'adversaire, et comptait dix points de retard après le premier quart temps. Mais fidèle à son image  d'équipe qui ne calcule pas, Nanterre s'est ensuite libérée, en jouant tous les coups à fond, toujours appuyé sur une défense très dure qui n'a laissé que peu d'espace aux intérieurs espagnols.  Certes, les Nanterriens ont laissé en première période des points aux lancers-francs et se sont faits manger les ballons sur la tête aux rebonds, mais ils étaient encore en course à la pause (38-36) en contenant une équipe du Barça inconstante.

Les Verts sans s'affoler 

Mais petit à petit, sans s'affoler comme le veut sa philosophie de jeu, l'équipe de Pascal Donnadieu , avec Thomas, mais aussi Meacham, Foster et Gladyr, très précieux dans le mouvement, et Passave-Ducteil dans les contres et la récupération, mettait la pression sur Barcelone en même temps qu'elle trouvait la mire. Les joueurs des Hauts-de-Seine s'accrochaient pour progressivement combler leur retard.  Quand Abrines donnait de l'avance à son équipe, Jérémie N'Zeulie lui répondait lui aussi par un tir primé qui permettaient aux Vert et Blanc de repasser sous la barre des dix points et d'y croire avant le dernier acte (60-51).

Frustrés de ne pas pouvoir faire le break et lâcher ces petits hommes verts dont ils savaient si peu de chose jusqu'alors, les Catalans perdaient un peu leur organisation tactique, tombant dans une précipitation inhabituelle et cafouillant leur basket, et laissant beaucoup de points en route face à un outsider qui prenait sa chance. Nanterre s'appliquait et passait devant dans le money-time. Dans la dernière possession Jekel Foster allait au bout et donnait l'avantage aux siens. Le Barça tentait  d'accrocher la prolongation mais le tir forcé de Navarro ne trouvait pas le panier. Nanterre pouvait savourer ce premier succès qui lui permet d'entrer vraiment dans la cour des grands.

Christian Grégoire