Jean-Luc Monschau
L'entraîneur de Nancy Jean-Luc Monschau | AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Nancy en rattrapage

Publié le , modifié le

Vaincu chez les Italiens de Cantu lors de la 1ère journée de l'Euroligue après avoir failli en fin de match notamment aux lancers-francs, Nancy doit impérativement s'imposer à domicile contre Bilbao. Victorieux à domicile de l'Olympiakos, les Espagnols représentent un rival pour la qualification pour le Top16. Leader invaincu de ProA, le SLUC devra compter sur un Nicolas Batum toujours aussi altruiste (8 passes en Italie) et un peu plus scoreur (13pts contre Cantu).

Cela aurait pu être l'entame idéale? Invaincu en ProA, le champion de France aurait pu rendre une copie parfaite s'il n'avait pas coincé en fin de match contre Cantu en Euroligue. Pour sa première sortie européenne, il a un peu mené, est souvent revenu à portée des Italiens, mais à l'arrivée, la défaite (80-69) le place dans une position inconfortable. Rien de dramatique, mais pour entrevoir le Top 16, s'imposer à domicile est une obligation lors de cette 2e journée. D'autant qu'après Cantu, c'est Bilbao, autre rival à portée pour la qualification, qui s'avance. Mais ce ne sera pas facile.

Au Palais des Sports Jean-Weille, les Cougars accueillent en effet Bilbao, qui n'a pas fait moins que dominer l'Olympiakos (76-61) la semaine dernière en Espagne. Le tout sans Axel Hervelle, qui n'a plus qu'un rebond à capter pour dépasser les 400 prises en Euroligue en carrière et qui devrait être présent sur le parquet en Lorraine. Son coéquipier Josh Fisher s'est lui chargé de dépasser le cap des 500 points dans cette épreuve. Et avec les 22 points inscrit par Marko Banic lors de la sortie inaugurale, l'équipe ibère va être un gros morceau à croquer. Même s'il s'agit de sa première participation à l'Euroligue. "Bilbao est aujourd'hui encore meilleur avec l'arrivée de nouveaux joueurs, de bons joueurs qui ont l'expérience de l'Euroligue. Après leur victoire contre Olympiakos, qui peut douter de leur potentiel", constate l'entraîneur nancéien Jean-Luc Monschau.

Pour y parvenir, la formation de Jean-Luc Monschau va devoir s'appuyer sur deux de ses leaders: Akin Akingbala et Nicolas Batum. Les deux hommes avaient été performants à Cantu. Ils devront l'être encore plus ce soir. Bien décidé à se fondre dans le collectif sans le déséquilibrer, le joueur de Portland doit maintenir le cap du collectif (15pts, 5rbds, 5 passes à Nanterre ce week-end après 13pts, 7rbds et 8 passes en Italie) tout en devenant un peu plus décisif en fin de match. C'est là que Nancy a craqué la semaine dernière, c'est là que Batum doit prendre les choses en main. "Dans l'ensemble, il est clair qu'il nous a aidés à gagner des matches", apprécie son entraîneur Jean-Luc Monschau, qui lui accorde un temps de jeu (38 minutes) à la mesure de ses qualités. "Il a beaucoup de talent et sait faire énormément de choses", observe-t-il. "Le but, c'est évidemment d'utiliser ce qu'il sait faire. Mais on va aussi essayer de développer d'autres aspects dans son jeu". Mais les deux leaders ne pourront rien si John Linehan, Kenny Grant, Adrien Moerman (qui voudra poursuivre sa série de six matches avec au moins un contre en Euroligue) ou encore Jamal Shuler ne se hissent pas à leur niveau, sans oublier Victor Samnick. 

Reste à savoir quel rythme de jeu l'emportera ? Si ce sont les contre-attaques rapides préférées par les Nancéiens ou si ce sont les mises en place longue de Bilbao...