Shuler Nancy
Jamal Shuler. | DPA / MAXPPP

Nancy en défense

Publié le , modifié le

La quête du titre de champion de France aborde un premier tournant avec le début des playoffs mardi et mercredi. Cinquième de la saison régulière, Nancy défend son titre au Mans dans le quart de finale le plus indécis. L'autre rencontre de la journée opposera Orléans à Paris-Levallois. Les ténors Gravelines et Chalon-sur-Saône entreront eux en scène mercredi contre, respectivement, Cholet et Roanne.

Des quatre quarts de finale, le plus indécis concerne Manceaux et Nancéiens. Très proches, les deux équipes n'ont pas de marge de manoeuvre et le premier match sera certainement capital dans la série. Le MSB aura l'avantage du terrain et, en cas de victoire mardi, sera en position de force. A Antarès, Le Mans a mis de côté ses errements de la saison dernière avec seulement trois défaites en quinze matches. A l'aller, les Sarthois avaient été les premiers à faire tomber l'ogre lorrain de Batum 80-78. Au retour, sans "Batman", le Sluc avait fait exploser le MSB 95-77. Pour le Sluc comme pour le MSB, la clé s'appelle Rochestie. Le meneur sarthois, baromètre de son équipe, peut faire basculer un match dans un sens comme dans un autre. Henri Kahudi opéré d'une appendicectomie, a été remplacé par Antoine Eïto. Nany est lui au complet pour ce choc.

Pas forcément attendu si haut en saison régulière, Orléans partira avec un léger avantage face au Paris-Levallois. Les Orléanais, qui ont toute la saison pu compter sur un grand Amara Sy, ont montré de belles choses, avec en particulier la 3e défense de ProA. Mais pour eux, beaucoup dépendra de l'intégration du pivot sénégalais Ousmane Barro, chargé de remplacer David Monds, blessé. Les Parisiens, longtemps à la lutte pour une place sur le podium, ont un peu marqué le pas ces dernières semaines. Mais ils espéreront que leur trio américain Eric Chatfield (le meilleur marqueur de la saison régulière), Jawad Williams et Lamont Hamilton, en aura gardé sous le pied. Dans ce cas-là, tout sera possible. Pour peu que Paris hisse sa défense au niveau de son formidable potentiel offensif.

Avec son équipe jeune et à dominante française, Gravelines a régné sur la phase régulière, conclue avec 27 victoires pour 3 défaites, soit le meilleur bilan depuis Pau-Orthez en 2003. Les Nordistes ont également réussi l'exploit de rester invaincus à domicile, ce qui n'est pas anodin quand on a l'avantage du terrain en playoffs. Dans le même temps, Cholet, le finaliste sortant, a galéré, n'arrachant sa qualification pour les playoffs que sur la fin. Pourtant, le BCM sait que la partie n'est pas gagnée d'avance. D'abord parce que Cholet, a fini la saison en trombe. Ensuite, car il n'a cédé que sur une marge infime dans le Nord (52-56). Enfin, parce que Cholet a éliminé Gravelines en demi-finale ces deux dernières saisons.

Il est peu de dire que Chalonnais et Roannais ont appris à se connaître cette année. Ils se sont déjà rencontrés cinq fois depuis le début de la saison, deux fois en Championnat, deux en Eurochallenge et une en Coupe de France. Chalon mène largement (4-1). Mais ses succès en Coupe d'Europe ont été acquis sur un marge minime de deux points, et Roanne est allé s'imposer à Chalon en Championnat. Dimanche, les Chalonnais ont conservé la Coupe de France conquise un an plus tôt. Un succès qui a confirmé la belle santé des coéquipiers de Blake Schilb, le MVP (meilleur joueur) étranger de ProA. Mais ils se rappellent que l'an passé, ils s'étaient effondrés après un premier bon match contre Villeurbanne en quarts, et avaient été éliminés.