Nancy doit tourner la page Batum à Bilbao

Nancy doit tourner la page Batum à Bilbao

Publié le , modifié le

Les Cougars vont devoir rapidement oublier Nicolas Batum pour conserver leurs chances d'atteindre le Top 16 de l'Euroligue. Le joueur qui souhaitait participer à son dernier match sous les couleurs de Nancy face à Bilbao, a dû revoir sa copie. Son agent, Bouna N'Diaye a convaincu l'international français de ne pas prendre le risque d'une blessure, avant la reprise de la saison NBA. Nancy doit désormais se concentrer sur l'essentiel, et battre ce mercredi Bilbao.

La page va être difficile à tourner, surtout avec un joueur aussi emblématique et efficace que Batum. A l'image de son dernier match face à Cholet (27 points lors du succès 96-88), l'ailier avait souvent pris le jeu nancéien à son compte"J'aurais bien aimé finir la première phase d'Euroligue pour aider le club à aller en Top 16", avait déclaré l'ailier qui reste sous contrat avec les Trail Blazers de Portland. Ce dernier avait même avoué "un pincement au coeur" samedi matin à l'annonce de la reprise probable de la saison NBA. Dans un entretien accordé à Basketusa.com, Batum a estimé que l'Euroleague est "moins athlétique", mais "plus technique" que la NBA. "C’est des jeux plus longs, ils t’endorment", a-t-il expliqué tout en reconnaissant que "les deux (championnats) sont durs".

Ce départ forcé risque également de déstabiliser l'équilibre financier déjà très instable du club lorrain. Les dirigeants de l'équipe championne de France vont surtout devoir se creuser les méninges pour trouver un remplaçant au natif de Lisieux qui tournait à 17,1 points, 6 rebonds et 4,3 passes de moyenne depuis son retour en Pro A...

L'idéal pour Nancy serait déjà d'aller chercher une belle victoire à Bilbao. Avec trois victoires et autant de défaites en Euroligue, les Cougars gardent toujours de bonnes chances de se qualifier pour le Top 16. Le Sluc pourra s'inspirer de sa dernière victoire à Cantu (76-75) pour faire face à une équipe de Bilbao dernière du groupe A. Au match aller, les Champions de France s'étaient imposés 87-73, mais à l'époque, un certain Nicolas Batum était là.

Romain Bonte