Les Nancéiens ont survolé les débats sur le parquet du Mans
Les Nancéiens ont survolé les débats sur le parquet du Mans | PHOTOPQR/LE MAINE LIBRE

Nancy assomme Le Mans

Publié le , modifié le

Dominateur de bout en bout, Nancy s'est imposé sur le parquer du Mans (89-64) lors du quart de finale aller. Le champion de France en titre, seulement cinquième de la saison régulière, est bien parti pour joindre les demi-finales. Les Les Nancéiens ont survolé les débats face à des Manceaux aussi apathiques que leur public. Orléans s'est imposé sur la fin face à Paris-Levallois 70 à 68 grâce à un panier de Green. Les Parisiens ont manqué la balle de la gagne.

Vite fait, bien fait. "On était bon dès le départ" a résumé Amagou, le meilleur joueur sur le parquet avec 20 point (7 sur 12), 5 rebonds et 4 passes et très en verve face à son ancienne équipe. Une prestation complète à l'image de son équipe qui a fini avec une évaluation collective à 107 contre 73 au Mans. On attendait des duels de feu à la mène entre le manceau Rochestie et le nancéien Linehan ou à l'intérieur entre le monceau Batista et le nancéien Akingbala. Rien de tout cela. La rencontre a ressemblé à un cavalier seul des Lorrains, plus concernés et plus présents.

Très vite, les champions de France ont montré plus de choses sur le parquet: plus d'envie et de gnac dans l'attaque du ballon, plus de concentration au tir, plus d'implication en défense et au rebonds. Après un premier écart (9-2, 5e), les coéquipiers de Jamal Shuller (16 points) se sont envolés au tableau d'affichage (26-13 à la 11e puis 46-22 à la pause). Malgré un sursaut des locaux porté par Baptiste (20 points), bien seul ce soir, Nancy a poursuivi son travail de sape au troisième quart-temps (69-51). La fin du match a été une formalité en grande partie à cause de la résignation – inexplicable- des Manceaux. 

Orléans d'un souffle

Orléans a davantage souffert pour venir à bout du Paris-Levallois grâce à  18 points d'Amara Sy, décisif dans le "money time" avant que Brian Greene ne  scelle le succès des siens sur un panier dans les dernières secondes. Face à des Parisiens pas en verve, les Orléanais ont pris les devants pour mener 30 à 20. Le deuxième quart-temps était plus équilibré (43-32), signe que les visiteurs étaient mieux entrés dans la partie.  Le PL, porté par un omniprésent Lamont  Hamilton (15 points, 16 rebonds), est passé devant au buzzer du troisième quart-temps et a failli emporter sur la mise sur une dernière tentative à trois points d'Eric  Chatfield.

Mathieu Baratas