Basket Coupe de France Montpellier victoire
Montpellier remporte la Coupe de France de basket face à Bourges | AFP - Thomas Samson

Montpellier prive Bourges d'un triplé

Publié le , modifié le

Montpellier prive Bourges d'un triplé en remportant la troisième Coupe de France de son histoire après sa victoire 76 à 69 (après prolongation) samedi à Paris. Il s'agit du troisième titre en trois ans pour les Héraultaises qui avaient conquis la Coupe de France en 2011, 2013 puis le Championnat l'année passée, déjà aux dépens de Bourges.

Lauréates mardi d'une treizième couronne en Championnat de France, égalant ainsi le record de Clermont-Ferrand, les Berruyères avaient aussi remporté le Match des champions en début de saison en dominant Montpellier. Elles se présentaient avec le statut de favori de ce quatrième duel de la saison contre les Héraultaises. Mais les joueuses du BLMA, échaudées par leurs trois précédentes défaites (Match des champions et deux en saison régulière), et plus fraîches physiquement, ont inversé la tendance.

Montpellier gère mieux la prolongation

Les Tango, qui avaient fourni de gros efforts mardi lors de la "belle" de la Ligue féminine contre Villeneuve d'Ascq, n'ont jamais réussi à creuser l'écart et l'on payé cher. Elles ont couru après le score dans le quatrième quart-temps avant de revenir. Céline Dumerc a eu l'occasion de conclure sur un tir à trois points mais sans succès. Montpellier a ensuite mieux géré la prolongation en s'appuyant sur sa capitaine Gaëlle Skrela (18 pts), qui a bien complété le travail d'Elodie Godin (13 pts, 6 rbds) et Jenna Ohea (18 pts,5 rbds). Les Languedociennes, malgré leur présence aux rebonds défensifs ont d'abord cumulé les pertes de balle (23 au total), ce qui permettait à Bourges de prendre un peu d'avance à l'issue du premier quart-temps (19-14) avec une  Romane Bernies inspirée à la mène. Les Tango ont amplifié le score grâce à Paoline Salagnac (24-15) mais leur manque d'adresse conjugué à l'insolente réussite des Montpelliéraines à trois points (9/17) replaçaient ces dernières devant (26-27).

Encore aux commandes à la mi-temps (34-29), les Berruyères n'ont toutefois  jamais réussi à prendre sérieusement leurs distances. Les Montpelliéraines en ont alors profité. La vice-championne olympique Elodie Godin, oubliée au marquage par Héléna Ciak, redonnait une longueur d'avance à son équipe (42-43)  à trois minutes du dernier acte. Ohea faisait parler son adresse à longue distance (49-44). Mais Bourges a enflammé le match dans le "money time". Céline Dumerc a eu le panier de la victoire dans les mains derrière l'arc (à 60-60) mais sans succès. Et Montpellier a tiré son épingle du jeu dans la prolongation.

Réactions :

Gaëlle Skrela (capitaine et arrière de Montpellier): "Cette victoire, c'est du soulagement. On avait le sentiment d'avoir raté quelque chose en demi-finale du Championnat de France contre Villeneuve-d'Ascq. C'était un peu difficile. On a beaucoup travaillé pendant quinze jours pour contrarier les plans de Bourges. Tout le monde a été appliqué pendant ces quinze jours. On a même fait un peu de physique. Et cela a payé ce soir."
   
Valéry Demory (entraîneur de Montpellier): "C'est une victoire importante pour le club qui écrit encore une page de son histoire. On avait manqué d'expérience et de rage en demi-finale du Championnat. Il y avait eu beaucoup de changement par rapport au titre de la saison dernière et cela a joué. On avait une revanche à prendre envers nous-mêmes parce que cette élimination en demie nous restait en travers de la gorge. Je suis satisfait de la réaction d'orgueil des joueuses."
   
Endy Miyem (intérieure de Bourges): "C'est une déception. Pour nous, la saison n'était pas terminée malgré le titre de champion de France. On avait encore quelque chose à aller chercher pour finir de la meilleure des façons. Il y avait de la fatigue mais il ne faut pas rejeter la faute uniquement là-dessus. On n'a aussi pas été très carré dans toutes les instructions de la coach. C'était mon dernier match à Bourges. Le but était de se donner à fond sur le terrain mais cela n'a pas suffi ce soir."
 

Christian Grégoire