LeBron James
LeBron James | AFP/Getty

Miami creuse l'écart

Publié le , modifié le

Pour la deuxième fois de ces finales de la Conférence Est, Miami a disposé des Celtics, menant désormais la série 2-0. Mais cette fois les Floridiens ont dû s'employer pour venir à bout de coriaces adversaires avec une victoire en prolongations (115-111). Malgré la performance majuscule de leur meneur Rajon Rondo, les hommes au Trèfle ont dû s'incliner devant le duo James-Wade.

Rondo stratosphérique

Boston a perdu. Pourtant, l'homme du match se trouve bien dans ses rangs. Habitué des triple-double et passeur hors pair, Rajon Rondo est cette fois tombé dans un scoring frénétique. Jouant l'intégralité de la rencontre sans faiblir, il a passé 44 points à la défense du Heat, record de points en playoffs battus. Ajoutez 10 passes et 8 rebonds pour compléter sa feuille de match et l'hommage appuyé de la part de son coach prend tout son sens. "Il a été absolument phénoménal", a déclaré Doc Rivers. "C'est dur de sortir un tel match et de ne pas gagner, il a tout fait comme il fallait".

Mais en face, Lebron James n'était pas en reste. Une fois de plus le MVP de la saison régulière a éclaboussé le match de son talent avec 34 points, 10 rebonds et 7 passes. Pourtant menés de 15 points dans le deuxième quart-temps, les joueurs d'Erik Spoelstra sont revenus sur dans le match grâce à un 12-0 infligé dans le troisième quart, réalisant ainsi le plus beau come-back de l'histoire de la franchise en playoffs.

Une prolongation sans suspense

A leur tour dominés au tableau d'affichage, les Celtics réagissaient dans le quatrième quart pour arracher la prolongation, bien aidés par le réveil de leur Big Three vieillissant. Paul Pierce (21 points), Kevin Garnett (18 points) et Ray Allen auteur de 13 unités dont le tir primé de l'égalisation à 34 secondes de la fin prouvaient qu'ils n'étaient pas finis, alors que James manquait sa tentative au buzzer. 

Cette période supplémentaire sonnait comme le chant du cygne pour Boston, le Heat prenant le commandement pour ne plus le lâcher, dans le sillage de Dwyane Wade crédité de 23 points et de Mario Chalmers (22 points). En face, les hommes du Massachusetts étaient trop affaiblis pour résister, avec un Pierce sorti pour 6 fautes, un Garnett maladroit avec deux échecs aux tirs et une perte de balle mais aussi un shoot au buzzer manqué par la gâchette Allen.

"On sera prêts"

A l'heure de commenter cette victoire, l'entraîneur du Heat pensait en premier lieu à son MVP. "Ce que j'aime chez lui, c'est sa mentalité de vainqueur, il n'est pas seulement au shoot". Avant de souligner la prestation collective de son équipe. "Il y a eu beaucoup de contributions de la part de différents joueurs, particulièrement de ceux du banc (auteur de 27 points contre 7 à celui de Boston)". A ce titre les 13 points et 11 rebonds d'Udonis Haslem ou encore les 7 de Mike Miller dans la rotation ont été d'une importance capitale. Encore une nouvelle qui n'arrangera pas les affaires de Ronny Turiaf, auteur de 2 points et 2 rebonds en 5 maigres minutes. 

Malgré tout, pour Doc Rivers les regrets étaient tenaces dans l'après-match. "On a fait un match terrible. Et je leur ai dit dans le vestiaire (aux joueurs), on a joué extrêmement dur, on a mis beaucoup de coeur ce soir, mais je ne pense pas qu'on ait toujours été très intelligent dans notre jeu. C'est ce que je regrette et ce qu'il faudra régler d'ici vendredi et le retour à la maison. Mais on sera prêts". Les Celtics n'ont désormais plus le choix, il faudra vaincre au TD Garden pour rester en vie.

Jerome Carrere