Tony Parker, le président de l'ASVEL
Tony Parker, le président de l'ASVEL | PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

L'OL et l'ASVEL signent "le plus gros deal de l'histoire du basket français"

Publié le , modifié le

Evoquée depuis plusieurs semaines, le rapprochement entre l’Olympique lyonnais et l’ASVEL est désormais officiel. L’OL de Jean-Michel Aulas rentre dans le capital du club de basket rhodanien présidé par Tony Parker, qui va voir son budget augmenter de manière sensible et atteindre les 10 millions d’euros.

Samedi, c’est jour de mariage à Lyon. Jean-Michel Aulas et Tony Parker ont rendu officiel le partenariat entre l’Olympique Lyonnais et l’ASVEL en présence également de Nicolas Batum ou encore Marie-Sophie Obama, présidente déléguée de l’ASVEL féminine, championne de France il y a quelques semaines. Cet accord acte l’entrée de l’OL dans le capital du club de basket rhodanien, actuellement en lice en finale de Jeep Elite (contre Monaco) et à un match du titre.

Cet apport financier va permettre à la formation villeurbannaise de dépasser les 10 millions d’euros de budget. "On apporte un peu plus de 3,4 millions d'euros en termes de capital, pour un petit peu plus de 20 % en capital, a précise Jean-Michel Aulas. On prend aussi une participation dans l'ASVEL féminin pour un montant de 300 000 € et pour à peu près 10 %." Le but est de développer un peu plus le club et lui permettre d’être ambitieux en Coupe d’Europe. Le LDLC ASVEL a ainsi été invitée à prendre part à l’Euroligue la saison prochaine et espère s’y montrer convaincante pour obtenir une licence permanente dans la plus prestigieuse compétition européenne. "Nous rentrons au capital de l’ASVEL avec une participation minoritaire mais significative d’un apport de tous les instants pour passer d’une dimension nationale à une dimension internationale. Notre ambition est grande. La compétition se fait avec des monstres contre le Real Madrid ou Barcelone. Il faut vraiment devenir une référence européenne en termes sportif mais aussi en tant que marque" a insisté le président de l’OL.

Présent pour cette annonce, Tony Parker a exprimé sa fierté de voir son ASVEL grandir un peu plus avec cet accord qu’il a qualifié de "plus grand deal de l’histoire du basket français". "Je suis fier d’être associé avec l’OL. C’est une journée historique pour le club et ce n’est que le début. Si on m’avait dit, il y a cinq ans, que l’on en serait là aujourd’hui, jamais je ne l’aurais cru…" a commenté le néo-retraité. Ce dernier participera en contrepartie à aider au développement de l’Olympique Lyonnais par son image à l’international "notamment aux Etats-Unis et en Chine" selon un communiqué des Gones.

Une nouvelle salle confirmée

La conférence a aussi permis aux différents acteurs de valider la construction d’une nouvelle salle, non loin de l’actuel stade de Décimes, dans le projet "d’OL City" cher au groupe de Jean-Michel Aulas. Cette salle polyvalente de 15 à 17 000 places et d’un budget de 100 millions d’euros verra des concerts et divers événements se produire et sera amenée à accueillir des matches, notamment en Coupe d’Europe "à partir de 2022". L’actuelle arène de l’Astroballe restera tout de même la résidence principale de l’ASVEL a assuré Parker. "On veut renforcer l’Astroballe, la rendre plus belle. Avec l’Euroligue, on n’aura pas le choix. Notre base sera toujours à l’Astroballe." L’ASVEL espère ainsi conserver son empreinte historique (avec une forte empreinte française dans son effectif) tout en passant un cap important de développement. Le dernier Final Four du club villeurbannais remonte à 1997.