Limoges au pied du mur

Limoges au pied du mur

Publié le , modifié le

Limoges joue à quitte ou double son avenir européen sur le parquet du Cedevita Zagreb, vendredi (19h30) lors de la 7e journée de l'Euroligue messieurs de basket.

Tout ne serait pas mathématiquement fini pour le CSP s'il perdait de moins  de 11 points - gardant ainsi le point average sur le club croate qu'il avait  battu à l'aller (71-60) -, mais le champion de France n'aurait plus qu'une  infime chance d'accéder au Top 16. En cas de succès concomitant de l'Alba Berlin sur Malaga, il compterait  deux points de retard sur le club allemand à trois journées de la fin, après  s'être lourdement incliné à l'aller (66-89).

Limoges ambitionne de devenir le premier club français à se qualifier pour  le Top 16 depuis Pau-Orthez en 2007. Pour cela, il doit devancer Zagreb et  Berlin, les trois autres équipes de la poule (le Maccabi Tel-Aviv, le CSKA  Moscou et Malaga) étant hors d'atteinte. "Pour espérer aller au Top 16 il faut gagner ce match, c'est clair et net  même si mathématiquement en cas de défaite, tout ne serait peut-être pas encore  joué. Mais on peut dire cette fois que ce match est capital.", résume Léo  Westermann.

Le meneur limougeaud, qui monte en puissance sur ses derniers matches,  après avoir connu une saison blanche en raison d'une rupture des ligaments  croisés d'un genou, devrait être l'un des acteurs clés de cette rencontre.Son duel avec l'international croate Roko Ukic, qui était absent à l'aller,  vaudra sûrement son pesant d'or. "Zagreb est très dangereux et surtout à  domicile. Mais on a toutes nos chances", estime-t-il cependant. L'autre point fort du Cedevita réside à l'intérieur avec Miro Bilan (11,5  points, 7,2 rebonds) de moyenne. Les trois pivots limougeauds, J.P. Batista,  Trent Plaisted et Fréjus Zerbo, se relaieront à sa garde.

"On n'a pas le choix, il faut gagner absolument parce qu'on a un besoin  urgent de victoire désormais. Ça ne sert plus à rien désormais de faire de longs discours, c'est le match clef", estime ce dernier. "On croit toujours au Top 16 mais on sait qu'il faut gagner au moins trois  matches de plus", souligne le Burkinabè. Un succès vendredi permettrait  d'espérer, avant de recevoir Malaga et Berlin, puis de finir sur un déplacement  au CSKA Moscou.

AFP