Bourges-Villeneuve d'Ascq
Combat acharné entre les filles de Bourges et celles de Villeneuve d'Ascq | ALEXIS CHRISTIAEN - LA VOIX DU NORD - MAXPPP

Ligue féminine: le nouveau printemps de Bourges ?

Publié le , modifié le

Epouvantail du basket féminin français, l'équipe de Bourges qui dispute sa 12e finale d'affilée, tentera de reconquérir le titre qu'elle avait abandonné la saison dernière à Montpellier; ce qui serait son 13e sacre national et lui permettrait d'égaler le record de Clermont entre 1968 et 1981. Avant cela pourtant, les Berruyères devront se débarrasser des demoiselles de Villeneuve d'Ascq qui leur ont créé bien des soucis au match aller. Les Tangos ont remis les pendules à l'heure au retour. Le match d'appui mardi dans le Cher s'annonce donc très disputé.

Les Tangos entendent bien mener la danse

Premières de la saison régulière, les Berruyères auront indiscutablement l'avantage du pronostic, puisque cette troisième manche aura lieu dans leur salle du Prado, citadelle imprenable où elle n'ont pas encore perdu cette saison. Surprises par Montpellier,en finale, elles avaient échoué dans leur quête l'année dernière, après avoir remporté les trois éditions précédentes, et n'ont pas l'intention de se voir de nouveau contester la suprématie nationale. Elles possèdent pour cela les individualités et l'expérience, elles connaissent la recette du succès et les ingrédients pour l'obtenir. Malgré tout, il n'est pas certain qu'elles parviennent à atteindre leur objectif aussi aisément. Car après une première partie plutôt bien menée, elles n'ont pas affiché une grosse sérénité en phase finale, notamment dans leurs deux premières rencontres face à Villeneuve d'Ascq,

Même si elles ont réussi à remporter le 2e match, en profitant des nombreuses fautes offensives de leurs adversaires, elles ont souvent manqué de précision dans leurs attaques, et ont connu des passage à vide qui pourraient s'avérer rédhibitoires mardi si les Nordistes venaient à avoir la main chaude. Les Berruyères pourront heureusement compter sur leur public et le caractère bien trempé de plusieurs de leurs leaders, Céline Dumerc ou Diandra Tchatchouang par exemple, capables de hausser leur niveau de jeu dans les moments décisifs.

Des Nordistes sans pression

A Villeneuve d'Ascq en revanche, on ne s'embarrasse d'aucune considération psychologique. Les Nordistes jouent avec leurs moyens et beaucoup de coeur, en sachant qu'elles ont déjà dépassé leurs objectifs. Boostées par le premier titre de leur histoire avec l'Eurocoupe remportée fin mars, les coéquipières d'Ann Wauters prennent cette finale comme une belle vitrine pour leur club et peut-être une opportunité d'étoffer leur palmarès dans cette première historique pour le club. Avec la confiance accumulée, et ce qu'elles ont montré lors des deux premiers affrontements, elles sont persuadées, sans se mettre une pression négative et en jouant leur basket comme d'habitude, de pouvoir rivaliser avec Bourges. En espérant créer la surprise. Il leur reste un mach pour cela. 

Christian Grégoire