Diaw Boris Diaw Victor Claver Marc Gasol
Boris Diaw a du mal face à Victor Claver et Marc Gasol | AFP

L'Espagne bat la France en amical

Publié le , modifié le

L'Espagne a confirmé son statut de bête noire de l'équipe de France en battant les Bleus en match de préparation à l'Euro 2013 (85-76). Comme toujours depuis quelques années la rencontre a été serrée mais c'est encore une fois la Roja qui a fini par s'imposer. Les Tricolores, privés de Tony Parker à Madrid, pourront obtenir une revanche dès lundi à Montpellier. Pour enfin stopper la spirale.

Cette fois, il n'y a pas eu de bagarre entre les joueurs mais la résultat, lui, n'a pas changé. Certes, ce n'était qu'un match de préparation au prochain Euro en Slovenie mais les Bleus avaient un compte à régler avec une équipe qui venait de les éliminer trois fois de suite dans leur confrontation directe (quart de finale Euro 2009, finale Euro 2011, quart de finale JO 2012). Vincent Collet pourra se consoler en remarquant que ses joueurs ont une nouvelle fois tenu tête aux double-champions en titre et incontestable meilleur équipe d'Europe. Mais le dernier quart-temps a été de trop pour les Bleus, emporté par la furia roja. Lundi, à Montpellier pour le match "retour", l'équipe de France pourra certainement compter sur Tony Parker, forfait de dernière minute après une légère blessure au genou. Une raison de plus d'espérer. 

Batum n'a pas suffi

Dans ce match très serré, revanche de la finale de l'Euro 2011 remportée  par l'Espagne, la France a eu des opportunités pour prendre le large mais n'a  jamais su se mettre à l'abri malgré les efforts de Nicolas Batum (17 points) et de Mickaël Gelabale (16), meilleurs marqueurs tricolores. Et Tony Parker, comme Johan Pétro, souffrant d'une légère entorse à la main droite, ont assisté,  impuissants, à une alternance de séquences conquérantes et de passages à vide  tricolores. Profitant de la maladresse initiale des Espagnols, les Français ont  rapidement pris neuf points d'avance dans le premier quart-temps (7-16) mais  l'accumulation de fautes et de mauvais choix en attaque ont permis à la Roja  d'enchaîner un 11-2 pour égaliser à la fin du premier quart-temps (18-18). Puis les hommes de Juan Antonio Orenga ont pris l'avantage pour la première  fois du match en début de deuxième période sur un tir à trois points de  Fernando San Emeterio, qui donnait dans la foulée une avance de cinq points aux  Espagnols (25-20).

Pas abattus, présents au rebond, les Français ont laissé les clés du jeu à  Nicolas Batum. L'arrière de Portland a pris les tirs, inscrit six points en cinq minutes et relancé la France pour lui permettre de virer à la pause avec  un petit point de retard (34-33). Les Bleus ont même repris sept points d'avance à l'abord du dernier quart  d'heure (40-47) mais sans parvenir à creuser l'écart face à la hargne de Marc Gasol et la réussite aux tirs de San Emeterio et Sergio Llull, qui assommait la  France par ses tirs primés et contribuait à un 11-0 qui remettait l'Espagne à  l'endroit (51-47). La fin du match voyait l'Espagne prendre les rênes et les conserver  jusqu'au bout, malgré un trois points de Batum pour ramener la France à une  longueur (71-70). C'était sans compter sur le finish espagnol qui renvoyait, une nouvelle fois, la France à ses démons (85-76). 

Julien Lamotte