San Antonio Spurs Ginobili Bonner domicile Blanc 11 2010
Manu Ginobili en extension devant son coéquipier Matt Bonner | AFP - Getty Images

Les Spurs inarrêtables, le Heat prend l'eau

Publié le , modifié le

San Antonio a enregistré son 11e succès consécutif, le 12e en 13 matches, lors de la venue du Magic (106-97) avec 24 points et 10 passes de Tony Parker, et ce malgré 26pts et 18rbds de Dwight Howard. 22 pertes de balles et Wade à 3pts, Miami a enregistré son 2e revers consécutif, à domicile, contre Indiana (93-77). Enorme Carmelo Anthony (39pts, 9rbds, 5 passes) lors du succès de Denver à Golden State (106-89). New Orleans chute chez les Clippers (99-95).

Cela devait être le choc en haute altitude entre Tim Duncan et Dwight Howard. Deux des plus talentueux intérieurs de la NBA face à face, cela attire les projecteurs, d'autant plus lorsqu'il s'agit des leaders des deux conférences. Comme c'est souvent le cas à San Antonio, le natif des Iles Vierges s'est sacrifié sur le plan défensif pour tenter de limiter l'impact de son rival, finissant la rencontre avec 15 points et 4 rebonds, alors que le leader d'Orlando la terminait avec un très joli double-double (26pts, 18 rebonds). Mais il n'a pas été seul à rendre une belle feuille de statistiques, puisque Tony Parker, décidément en verve ces derniers temps, a été prolifique avec 24 points et 10 passes. Plus que ces oppositions personnelles, c'est surtout l'affrontement entre les deux équipes qui a tenu toutes ses promesses. Tout s'est décidé dans la dernière minute du match, le Magic ayant jusque-là tenu la dragée haute à l'équipe locale grâce à, outre Howard, Jameer Nelson (15pts, 5 passes), Rashard Lewis (14pts, 3rbds) et aussi Mickael Piétrus (9pts, 5rbds), auteur d'un 3/5 à 3pts. Mais l'équipe de la conférence Est n'a pas pu bénéficier de son lieutenant habituel dans les moments importants, Vince Carter se blessant à la cheville en toute fin de rencontre pour finir avec seulement 8 points à son compteur. A l'opposé, Manu Ginobili s'est enflammé, finissant meilleur marqueur de son équipe avec 25pts, 9 passes et 6 rebonds, et inscrivant surtout les points décisifs dans les dernières secondes pour permettre notamment aux Spurs de passer devant au prix d'un excellent quatrième quart-temps. Avec Matt Bonner, auteur d'un 4/4 à 3pts pour 15pts et 7rbds, San Antonio finit avec un rutilant 63% de réussite loin du cercle. Avec cette victoire de prestige (106-97), la franchise texane réalise le meilleur début de saison de son histoire, n'ayant laissé après 13 matches qu'une défaite à ses adversaires pour enregistrer un 11 succès consécutif.

Cela devait être l'année du Heat, ce n'est pas encore le début de saison de cette équipe qui a défrayé la chronique des transferts à l'inter-saison. Si LeBron James, Chris Bosh et Dwyane Wade sont des têtes d'affiche de premier plan et des joueurs plus que talentueux, l'amalgame a du mal à se faire sur le plan collectif. C'est les modestes Paces qui sont venus infliger, dans la salle du Heat, un deuxième revers consécutif, le sixième de la saison, en l'emportant nettement (93-77). Symbole de cette défaite: les 3 petits points inscrits (à un sur treize aux tirs) par la star floridienne Wade, pour 5 passes et 4 rebonds. En 37 minutes passées sur le parquet et pour ce joueur qui a mené à bout de bras la franchise depuis le départ de Shaquille O'Neal, c'est très peu, c'est même son pire résultat cette saison. James (25pts, 6 passes, 5rbds), Bosh (21pts, 11rbds), Ilgauskas (12pts, 8rbds), Arroyo (12pts) ont fait ce qu'ils ont pu, mais hormis Magloire (4pts), aucun joueur venu du banc n'a apporté le moindre point au collectif. Et avec 20% de réussite à 3pts, le Heat a vraiment pris l'eau, sans qu'Indiana ait flambé pour autant. Granger (4/9 à 3pts, 20pts, 6 passes, 11rbds) et Rush (20pts, 4 passes, 7rbds) ont fini meilleurs marqueurs de leur équipe, dont le banc a rapporté la bagatelle de 40 points. "Nous sommes venus ici en sachant combien ils peuvent être bons. Et ils ont connu une très mauvaise soirée", analysait sobrement Brandon Rush.

Deux échecs, et voilà Boston qui renoue avec la victoire lors de son voyage à Atlanta (99-76). Ce retour à la normale a été surtout favorisé par un adversaire laminé au premier quart-temps (39-13), étant incapable de tenir le rebond (16 pour les Celtics, 3 pour les Hawks), aphone dans la raquette (20-0 sous le panier), pour les secondes chances au tir (7-0) et pour les contre-attaques (7-0). "C'est embarrassant. Très très embarrassant", se contentait de glisser Larry Drew, l'entraîneur de l'équipe locale. Du coup, Kevin Garnett s'est régalé (17pts, 11rbds, 5 passes) avec Shaquille O'Neal (13pts, 11rbds) pour offrir ce 10 succès de la saison à Boston.

La mauvaise série de Phoenix s'est également arrêtée en déplacement, dans le derby texan à Houston pour une victoire (123-116) faisant suite à trois revers consécutifs. La star de la soirée se nomme Steve Nash. Avec 24 points et 9 passes, il est devenu le 16e joueur encore en activité à franchir la barre des 15 000 points inscrits en carrière. Les Suns avaient sorti tous leurs brillants pour cette soirée, avec 26pts de Jason Richardson, 17 de Grant Hill (avec 7 passes et 7 rebonds), 15 de Hidayet Turkoglu (avec 8rbds) et Channing Frye.

Deux sensations dans la nuit: record de la saison pour Carmelo Anthony avec 39 points (dont 17 lancers-francs réussis pour un raté), 9 rebonds et 5 passes lors de la victoire des Denver Nuggets à Golden State (106-99) et deuxième succès de la saison des Clippers (99-95) lors de la venue des New Orleans Hornets qui ne chutent que pour la deuxième fois. La série de quatre matches en déplacement contre des équipes de leur propre Conférence Ouest débute bien mal pour les coéquipiers de Chris Paul.

Résultats de la nuit

Atlanta - Boston 76-99
Miami - Indiana 77-93
Oklahoma City - Minnesota 117-107
Houston - Phoenix 116-123
San Antonio - Orlando 106-97
Utah - Sacramento 94-83
Golden State - Denver 89-106
LA Clippers - New Orleans 99-95