Dumerc Céline équipe de France féminine 09 2010
Céline Dumerc, meneur de jeu de l'équipe de France | AFP - Philippe Huguen

Les Françaises diminuées au Mondial

Publié le , modifié le

Sans Sandrine Gruda, Isabelle Yacoubou et Emilie Gomis, toutes trois blessées, l'équipe de France féminine débute jeudi le Championnat du monde en affrontant le Sénégal. Championnes d'Europe en titre, les Tricolores devront compenser ces absences dans un groupe où se trouvent l'ogre américain et également la Grèce. En République tchèque, la France n'aura donc pas d'échauffement pour entrer dans la compétition.

Sans la meilleure joueuse européenne 2009 (Gruda), sans son pivot (Yacoubou) ni son arrière (Gomis), l'équipe de France va débuter son aventure mondiale jeudi. Championne d'Europe en titre, elle n'avait déjà pas la partie facile au 1er tour, avec un groupe composé des Etats-Unis, de la Grèce et du Sénégal, et ces absences ne font que compliquer sa tâche. Bien évidemment, l'absence de Sandrine Gruda et son mètre quatre-vingt-quinze est sans doute la plus pénalisante, mais les tendons rotuliens de ses genoux n'ont pas résisté à l'enchaînement de deux saisons en une (la première avec Ekaterinbourg en Russie et la deuxième avec les Connecticut Suns aux Etats-Unis). "Un Mondial, ce n'est pas rien! Mon ambition c'est d'être aux JO de Londres 2012. La qualification se jouera en 2011 avec les championnats d'Europe", lançait-elle durant les matches de préparation. A 23 ans, elle manquera beaucoup. Le forfait d'Isabelle Yacoubou, insuffisamment remise d'une blessure au pied, était connue depuis plus longtemps, puisque la future joueuse de Schio avait renoncé au début du mois d'août. Pour faire face au dernier forfait en date, celui d'Emilie Gomis (blessée au ménisque droit après le dernier match de préparation contre le Brésil) à trois jours du départ, le sélectionneur a rappelé Johanne Gomis, qu'il avait écartée lors de la préparation pour réduire son groupe à 12 unités, lui reprochant un léger retrait par rapport aux autres sur le plan défensif.

Avec trois victoires lors des quatre derniers matches, Pierre Vincent arrive néanmoins avec quelques repères. Du physique, une grosse défense, un collectif assez bien rodé, et toujours Céline Dumerc pour mener le jeu et placer quelques paniers déterminants, la France dispose d'atouts pour passer ce 1er tour en République tchèque, et notamment la confiance rapportée de la campagne européenne victorieuse et vierge de défaite en 2009. Bien entendu, ce sont les Etats-Unis qui font figure d'épouvantail dans ce groupe. Toujours sur le podium depuis 31 ans et sacrées à cinq reprises sur les 8 derniers Mondiaux, les Américaines veulent effacer l'affront de leur médaille de bronze rapporté du Brésil en 2006, délogées par l'Australie et la Russie. Depuis 1998, ce sont d'ailleurs les trois mêmes équipes qui occupent le podium, les Russes étant abonnées à l'argent. Quadruples championnes olympiques en titre, elles veulent imposer leur suprématie chez les Tchèques, et cela commence en survolant le 1er tour. Les Françaises sont averties. Et même doublement avec les Grècques, qu'elles avaient battues en quarts de finale du dernier Euro mais par seulement deux points d'avance, avant que celles-ci ne finissent en 5e position du tournoi.

Le groupe des 12 Françaises:

Anaël Lardy (22 ans, 1,70 m, meneuse, Bourges), Endéné Miyem (22 ans, 1,88 m, intérieure, Bourges), Florence Lepron (24 ans, 1,82 m, meneuse, Tarbes), Marielle Amant (20 ans, 1,90 m, intérieure, Arras), Clémence Beikes (26 ans, 1,78 m, arrière, Saint-Amand), Céline Dumerc (28 ans, 1,69 m, meneuse, Ekaterinbourg/RUS), Jennifer Digbeu (23 ans, 1,90 m, ailière, Bourges), Johanne Gomis (25 ans, 1,79 m, arrière, Arras), Marion Laborde (23 ans, 1,78 m, arrière, Basket Landes), Elodie Godin (25 ans, 1,90 m, intérieure, Tarente/ITA), Emmeline Ndongue (27 ans, 1,92 m, intérieure, Bourges), Pauline Jannault-Lo (23 ans, 1,92 m, ailière, Tarbes)
Entraîneur: Pierre Vincent - Assistants: François Brisson, Thierry Moullec