Les Espagnols à la peine en Euroligue

Publié le , modifié le

Sienne, le Real Madrid, le Panathinaïkos et le Maccabi semblent avoir la dynamique en leur faveur après leur succès mardi lors des troisièmes matches des quarts de finale de l'Euroligue de basket-ball, même si Barcelone, en particulier, n'a sans doute pas dit son dernier mot. Le duel entre les deux derniers champions d'Europe, le Panathinaïkos (2009) et Barcelone (2010) a continué de tenir toutes ses promesses.

L'adresse  infernale des Espagnols a répondu à la défense féroce des Grecs, vainqueurs sur  une mauvaise décision en fin de match d'Alan Anderson (76-74). Dans un final extrêmement tendu, l'ailier américain a préféré aller marquer deux points à une poignée de secondes du gong, plutôt que ressortir le ballon pour un shoot à trois points qui aurait pu permettre à son équipe de recoller au score. Dimitris Diamantidis a été fidèle à lui-même (18 points), finissant encore par prendre le meilleur sur Ricky Rubio. Le meneur barcelonais s'est tout de même hissé à la hauteur de l'occasion (16 points), après avoir déçu jusque-là. Humilié au premier match (41-89), Sienne est sur la voie de la rédemption, après avoir enchaîné un deuxième succès (82-71). Chose inimaginable au soir du premier match, les Italiens peuvent rêver accéder au Final Four pour la première fois depuis 2008 et la quatrième de leur histoire.

Impressionnant Maccabi

Cette fois-ci le messie avait pour nom Marko Jaric. L'arrière serbe, ancien des Los Angeles Clippers et de Minnesota, s'est rappelé au bon souvenir de l'Europe avec 24 points à 100% de réussite à deux points (8/8). Pour l'Olympiakos, la seule bonne nouvelle est sans doute le retour de blessure de Milos Teodosic, le MVP 2010. Victorieux sur le fil du deuxième match (83-81), le Maccabi Tel-Aviv a marqué les esprits avec une impressionnante victoire sur Victoria (81-60). Ex-grands d'Europe, les Israéliens ne devraient pas laisser passer jeudi l'occasion de s'envoler vers leur premier Final Four depuis 2008. Victoria, qui vit et meurt le plus souvent par son adresse à trois points, a plus que failli dans ce domaine (23%). Avec 23 points, l'arrière américain du Maccabi, Jeremy Pargo, s'est lui mis en évidence. L'affrontement 100% espagnol entre Valence et le Real Madrid a basculé en faveur des Madrilènes, qui ont repris l'avantage du terrain (75-66). Avec 19 points et 8 rebonds, le pivot américain D'Or Fischer a été l'homme lige du Real. A Valence, l'ailier serbe Dusko Savanovic (21 points) a fait preuve de son adresse extérieure.

AFP