Diaw Parker Noah France
Diaw, Parker, Noah et les Bleus y croient | AFP - JANEK SKARZYNSKI

Les Bleus rêvent d’un château en Espagne

Publié le , modifié le

Pour sa première finale européenne (20h, France 4), la France défie la montagne espagnole. Équipe favorite de la compétition et tenante du titre, la Roja représente le défi ultime pour les Bleus. Mais la bande à Parker a montré des qualités mentales remarquables tout au long de la compétition. De quoi rêver à un premier sacre ?

A peine le temps de digérer. Deux jours après leur victoire en demi-finale de l’Euro face à la Russie (79-71), synonyme de qualification pour les Jeux Olympiques, Tony Parker and Co retrouvent l’Espagne pour jouer le titre européen. Un adversaire face auquel les Bleus restent sur deux lourdes défaites. La première, en match de préparation début août (77-53), la seconde, au dernier tour des poules le 11 septembre. Les Bleus avaient alors offert un non match avec une équipe privée de ses stars pour s’incliner : (69-96). Une défaite "presque" volontaire, afin de s’assurer de rencontrer la Grèce en quart de finale. Une stratégie qui avait été largement critiquée, notamment par la presse ibérique, mais qui a porté ses fruits. Dimanche, les hommes de Vincent Collet devront disputer un match plein. Assurés de disputer les JO de Londres en 2012, ils peuvent désormais se concentrer sur leur ultime objectif : le titre et ainsi briguer une première médaille d’or (*).

Mais que le la marche est haute face à la Roja ! Les Ibères, champions d’Europe en titre, possèdent la meilleure formation du Vieux Continent. Menés par les incontournables Pau Gasol (Los Angeles Lakers) et Juan Carlos Navarro (FC Barcelone), ils sont en passe de réaliser un formidable doublé. "C'est, souligne le sélectionneur Vincent Collet, la finale la plus dure  qui soit contre le meilleur adversaire possible. Il faudra faire le match  parfait. Mais c'est aussi un match qui fait rêver. J'espère qu'on va se  transcender." Pourtant, la France doit croire en ses chances. La qualité de jeu entraperçue face à la Grèce en quart de finale, puis face à la Russie laisse de quoi espérer. Avec un Tony Parker, sûr de son sujet, Nicolas Batum en soutien, Boris Diaw et Nando De Colo efficaces ou encore Joakim Noah en tour de contrôle dans la raquette, les Bleus ont fiers allure.

La semaine dernière, privés de Parker (au repos), Gelabale et Noah (raisons médicales), les Bleus avaient résisté durant la première mi-temps (39-38) avant de fondre en fin de rencontre, faute de motivation. Un souvenir encourageant avant d'aborder ce match décisif. Les Bleus se souviendront aussi que l’été dernier, lors des tours préliminaires du Mondial, ils avaient dominé ces mêmes adversaires (72-66). L’exploit n’est peut-être pas si impossible…Après tout, depuis 1997, aucune nation n'a conservé le titre européen.

(*) En 1949, l’équipe de France avait remporté la médaille d’argent des championnats d’Europe. Mais la compétition se jouait alors entre huit nations, sous forme d’un tournoi sans phase finale.