Les Bleues terminent sur une bonne note

Les Bleues terminent sur une bonne note

Publié le , modifié le

L'équipe de France féminine a terminé sur une victoire devant la Serbie (88-74) dans le match pour la 7e place du championnat du monde dimanche à Istanbul. Complètement débordées dans le contrôle des opérations la veille face au Canada, les Bleues ont su se remobiliser en jouant beaucoup plus libérées, tournées vers l'offensive, et en retrouvant suffisamment de fierté pour terminer leur parcours mondial sur une bonne note.

Avec une équipe en grande partie renouvelée, les vice-championnes olympiques et d'Europe font un peu moins bien qu'en 2010 en République tchèque où elles avaient terminé au sixième rang. Mais après la pitoyable prestation contre le Canada dans la match pour la 5e place où elles avaient sombré mentalement, et clairement manqué d'engagement, ce dernier succès est à considérer avec intérêt.  

Sans Sandrine Gruda, sa joueuse la plus prolifique, dont le forfait s'est  ajouté à celui d'Endy Miyem, blessée, la France a montré un bien meilleur visage. Appliquées et agressives, elles ont dominé dans la raquette à l'image d'Ana-Maria Cata-Chitiga (16 pts, 13 rbds) et ont surtout limité les pertes de  balles (10), qui avaient tant plombé leur jeu la veille. La capitaine Céline Dumerc a même retrouvé un peu d'adresse (12 pts, 5/11  aux tirs) dans le sillage d'une Diandra Tchatchouang (15 pts, 5 passes décisives) qui, si impuissante face au Canada, voulait absolument finir sur de bonnes statistiques. 

Des Françaises qui se lâchent 

Après des débuts timides (11-18), la France a imposé son rythme pour réaliser un 10-0 conclu par l'intérieure Marielle Amant (25-20). Dumerc donnait davantage d'ampleur au score juste avant la mi-temps sur un panier primé (41-34). Piquées au vif, les Serbes ont tenté une remontée sous l'impulsion d'Ana Dabovic (41-40), éteinte par la justesse de Dumerc derrière l'arc (44-40). Sous le cercle, Cata-Chitiga sautait plus haut que la défense serbe et creusait l'écart (64-55), qui montait jusqu'à +14 (79-65) après un "lay up" de Paoline Salagnac, auteur de 12 points en cinq minutes. Le match virait à sens unique contre des Serbes hors du coup. Les Françaises se décidaient surtout à enfin se lâcher, à l'image d'un match dans lequel elles n'ont pas eu peur de mal faire, et où elles ne se sont pas laissé naïvement dominer dans le combat, comme elles l'ont fait trop souvent dans ce tournoi. Ensuite, avec de l'envie, et l'adresse retrouvée (53%  contre 29% contre le Canada), elles ne pouvaient pas terminer autrement cette aventure qui annonce peut-être pour ce groupe en reconstruction de nouveaux rendez-vous plus positifs. 

Christian Grégoire