Sandrine Gruda
Sandrine Gruda | AFP - Filippo MONTEFORTE

Les Bleues retrouvent des couleurs

Publié le , modifié le

L'équipe de France dames s'est imposée devant la Grèce (64-55) lors du 3e match du championnat d'Europe à Katowice. Les Françaises, tenantes du titre, sont qualifiées pour le 2e tour., mais une fois encore, elles n'ont fait preuve de beaucoup de sérénité. Elles se sont même fait quelques frayeurs dans le money time alors qu'elles ont toujours eu le match en mains.

Même si elles étaient assurées de leur qualification avant même cette rencontre, grâce à la victoire de la Lettonie sur la Croatie (67-61), elles avaient cependant besoin d'une victoire pour aborder sereinement la suite de la compétition. Une défaite leur aurait rendu la tâche quasi-impossible pour accéder aux quarts de finale. Elles n'ont donc pas failli en assurant l'essentiel pour pouvoir poursuivre leur chemin, puisqu'avec cette victoire, la France termine 2e du groupe D, derrière la Lettonie qui l'avait battue dimanche (56-59 a.p.). Elle lui permet surtout d'aborder le deuxième tour avec une victoire en poche (3 points) et de conserver intactes ses chances de qualification pour les quarts, premier étape à atteindre.

Mais face à un adversaire qu'elles connaissent bien et qui leur a posé des problèmes physiques, les Françaises n'ont jamais paru vraiment conquérantes. Pourtant, en insistant sur les tirs extérieurs, elles se sont rapidement détachées, avec application, et beaucoup d'agressivité. Avec encore en travers de la gorge la déconvenue de la veille les filles de Pierre Vincent se sont bien fondues dans le système, en courant beaucoup pour surprendre les grands gabarits grecs. 11 points d'avance à la pause auraient pu leur donner un peu plus de certitudes. Mais dans le troisième quart temps, elles ont commencé à faire preuve de fébrilité,  laissant revenir les Grecques, à quatre points. Cependant, bloqué par les Lettones, le secteur intérieur français s'est repris, avec une Sandrine Gruda impressionnante (19 points, 8 rds). Les Françaises ont possédé une avance de 17 points (23e) avant que l'arrière Evanthia Maltsi, meilleure joueuse de l'Euro-2009, ne sonne le réveil des Grecques (50-54, 37e). Mais contrairement à la veille, les Françaises ont su garder leur calme pour conclure.

Maintenant l'Espagne

Les points obtenus au premier tour contre les équipes qualifiées sont conservées pour un deuxième qui va débuter sur les chapeaux de roues pour l'équipe de France. Elle débutera mercredi ce deuxième tour face à l'Espagne, un des autres prétendants au titre qui a toujours figuré sur le podium de l'Euro depuis 2001. L'Espagne rappelle un mauvais souvenir aux Bleues. Elle les avait battues l'an passé en quart de finale du Mondial (74-71 a.p.), après un match qu'elles avaient longtemps dominé. Pierre Vincent a tenu pendant la préparation de l'Euro à éviter cette équipe, pour conserver intacte la frustration née de ce match.Le vainqueur de cette rencontre aura fait un pas quasi-décisif vers les quarts, le passage obligé vers une qualification pour les JO, objectif affiché des Françaises. Elles retrouveront également dans leur groupe le Monténégro, invaincu jusque-là, et la Pologne.

Déclarations

Jennifer Digbeu (intérieure): "On avait à coeur de se reprendre après le match contre la Lettonie. On a fait le boulot avec application. On a connu une petite frayeur à la fin. Mais on a continué à appliquer les consignes. On n'a pas eu peur de gagner, contrairement à hier (dimanche). On a su répondre présentes. On a mis un peu plus de tirs qu'hier et notre secteur intérieur a bien joué."
      
Emilie Gomis (arrière ou ailier): "Hier (dimanche), on avait l'impression que la terre (!) nous était tombée dessus. Alors qu'il n'y avait rien de perdu. On est content d'avoir pu gagner avec la manière. On savait que ce serait difficile jusqu'à la fin. Il fallait respecter les consignes du coach. Quand on fait le travail correctement, qu'on respecte les consignes, tout va bien. Avoir gagné de 46 points contre la Croatie ne nous a pas fait de bien. On a besoin d'être dans la difficulté pour avancer."