Etats-Unis Angola Rudy Gay saut pour un dunk 09 2010
Rudy Gay aérien pour un dunk | AFP - Aris Messinis

Les Américains tiennent le haut du panier

Publié le , modifié le

L'équipe des Etats-Unis poursuit son chemin au Mondial après avoir facilement balayé l'Angola (121-66) en huitièmes de finale lundi à Istanbul. Malgré quelques "couacs" défensifs, dus notamment à une baisse de concentration, les Américains ont confirmé leurs ambitions sur cette compétition qu'ils n'ont plus remportée depuis 1994. En quarts de finale, les USA rencontreront la Russie, qui s'est débarrassée de la Nouvelle-Zélande (78-56).

Les spécialistes de la NBA, toujours invaincus dans ce tournoi mondial, n'ont fait qu'une bouchée de leurs adversaires du soir. Dans une salle à moitié vide, peu propice à une ambiance des grands soirs, ils se sont tout de même appliqués à trouver suffisamment de volonté pour sortir le grand jeu, bien qu'il leur ait fallu peu de temps pour se rendre compte qu'ils allaient obtenir sans sourciller leur billet pour les quarts de finale. Rapidement dominateurs, ils ont fait valoir leur expérience et surtout des systèmes offensifs particulièrement performants, même s'ils ont connu quelques déchets dans les tirs à mi-distance.

Les hommes de Miike Krzyzewski.ont toutefois sur faire preuve de sérieux à l'entame de ce match, enlevant le premier quart avec 20 points d'avance. Dès lors, ils ont pu dérouler leur basket sans trop s'en faire, dominant un secteur intérieur où les Angolais manquaient de taille et de puissance pour rivaliser.
Si le capitaine Kevin Durant a encore une fois montré la voie (17 points), c'est Chauncey Billups (19 pts) qui a donné le tempo offensif d'une équipe solide et agressive. Les Américains ont mené leur barque sans remous, et étaient même partis pour faire exploser le tableau d'affichage, mais un léger relâchement en seconde période a permis aux Angolais de rester à  peu près dans les limites du raisonnable. Avant que les étoiles américaines ne remettent le bleu de chauffe en fin de partie pour créer un écart plus que conséquent, destiné en partie à une forme d'avertissement pour leur prochain adversaire.

Toutefois, même s'ils s'affirment comme les prétendants logiques au titre mondial, les Américains ne doivent pas oublier qu'ils ont été malmenés dans la poule de qualification par le Brésil, face auquel ils ont eu du mal à trouver des solutions, et qu'ils peuvent aussi traverser des périodes assez compliquées sur le parquet, notamment lorsqu'ils perdent un peu de leur rigueur.
En quarts de finale face à la Russie, ils devront donc ne pas faiblir et surtout rester dans le match. D'autant que les Russes peuvent aussi connaître de surprenants passages à vide, comme ils l'ont montré contre la Nouvelle-Zélande.