Le Mans Batista Coville Acker 102010
Les joueurs du MSB | AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER

Le Mans souffre, l'ASVEL souffle

Publié le , modifié le

Le Mans n'est pas parvenu à se rassurer en concédant sa 5e défaite de rang en ProA, battu (79-76) par Nancy à Antarès vendredi en match avancé de la 8e journée, au terme d'une partie à rebondissement. Les Manceaux se retrouvent juste au-dessus de la zone rouge, avec le même nombre de points que le premier relégable Poitiers, qui a bien failli créer une surprise du soir à Villeurbanne, en tenant la dragée haute avant de s'incliner (66-64). L'ASVEL peut souffler.

On attendait les Manceaux aux rebonds, on eut droit plutôt à un match à rebondissements, une partie échevelée qui est restée indécise jusqu'à la fin. Le MSB a pourtant démarré avec de belles intentions, en mettant tout de suite la pression sur des Nancéiens qui ont du temps avant de se trouver. Le MSB atteignait la fin du premier quart-temps avec un matelas de douze points (23-11) à partir duquel beaucoup pensaient qu'ils allaient pouvoir jouer un peu plus libérés. Ce fut le contraire qui se produisit. Alors que le SLUC commençait à trouver ses marques, les Sarthois se sont complètement décomposés, malgré un Koffi (20 pts) au four et aux moulin. Les Manceaux ne parvenaient plus à rivaliser aux rebonds, et perdaient leur agressivité. Ce dont profitaient les Lorrains pour donner un coup d'accélérateur portés par un intenable Linehan (13 pts) et un Darden des grands soirs (24 pts). Le Mans  paraisait n'avoir pas de solution alors que Nancy déroulait tranquillement et possédait une avance confortable (65-49) à l'entame du dernier quart d'heure. Un dernier quart d'heure ébouriffant, où enfin les hommes de JD.Jackson se décidaitnt à reprendre du poil de la bête. Ils retrouvaient de l'adresse et parvenaient à refaire petit à petit leur retard, profitant de quelques imprécisions des Nancéiens sous la pression. Le sursaut d'orgueil du MSB  lui permettait de repasser en tête à 1 min 15 sec de la fin (73-72). Mais finalement, les hommes de JD Jackson qui n'arrivaient pas à prendre quelques longueurs d'avance, alors qu'ils étaient dans la pénalité,  rendaient les armes dans l'échange de lancers francs final.    
C'est plutôt une bonne affaire pour Nancy, qui conforte sa position en haut de tableau, mais une très mauvaise évidemment pour Le Mans qui a certes sauvé les apparences, en montrant notamment ses capacités à se remettre en question, mais se trouve plus que jamais en position délicate.

Cette position est aussi difficile pour Poitiers mal récompensé de ses efforts à Villeurbanne. Les Poitevins ont en effet bien failli revenir victorieux de l'Astroballe. Dans leurs salles, les hommes de Nordine Ghrib, opposés à un autre mal classé, prenaient pourtant pris un départ canon (22-6 à l'issue du 1er quart-temps), portés par Davon Jefferson (23 pts au total). Puis ils s'effritaient, voyaient les Poitevins revenir (48-41, 25e) en dépit d'une très médiocre adresse (10/38 de près). Les joueurs de Ruddy Nelhomme, sous
l'impulsion de leur pigiste médical Robert Conley (18 pts), recollaient (52-52, 32e) et prenaient même brièvement la tête (58-56, 36e). Le spectre d'une nouvelle défaite, la 5e de la saison, se profilait mais trois points de Michaël Gelabale, puis deux de Kim Tillie dans les dernières secondes, sauvaient les meubles. Pas de chance pour Poitiers qui méritait mieux et un grand bol d'air pour des Villeurbannais qui se sont montrés particulièrement fébriles.