Le Mans Batista Coville Acker 102010
Les Manceaux satisfaits | AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER

Le Mans étouffe l'ASVEL

Publié le , modifié le

Il aura fallu attendre la 10e journée du championnat de ProA pour voir Le Mans s'imposer dans sa salle d'Antares, en dominant une fébrile équipe de Villeurbanne. Dépassés par le rythme, maladroits à longue distance, et plombés par un nombre incalculables de ballons perdus (20 !) , les Villeurbannais, privés de leur "pistolero" Walsh, ont été asphyxiés par des Manceaux beaucoup mieux dans le match.

Entre deux réputés places fortes du basket français, malgré tout mal en point depuis le début du championnat, cette rencontre revêtait plus qu'un intérêt de prestige.
Pour les Manceaux d'abord, qui jusqu'alors n'étaient  pas parvenus à l'emporter à domicile, et qui avaient bien envie de mettre fin à cette néfaste série, mais aussi pour l'ASVEL à la poursuite d'une place qualificative pour la Semaine des As.
Dans ce match de la peur, les premières minutes ont été équilibrées, et dans une configuration plutôt défensives, les deux équipes se sont neutralisées durant le premier quart temps (17-17) , avec un duel entre Joao Paulo Battista pour le MSB (13 points au final) et Hamonds (16 pts). Mais au fur et à mesure, l'absence de l'ailier américain Matt Walsh, blessé au cou, a fini par se faire sentir. Les Villeurbannais ont perdu pied, trahis par leur maladresse (2 paniers à 3 points seulement réussis sur 13 tentés contre 8 sur 22 pour les Manceaux). et surtout par un jeu collectif décousus, des ballons perdus dont ont profité avec délectation des Sarthois très présents à l'itnérieur.

A la pause, les hommes de JD.Jackson avaient déjà fait le break 40-28 et l'on ne voyait déjà pas comment les Villeurbannais pouvaient revenir avec autant de déchets dans leur jeu. Hammonds s'éteignait et Michael Gelabale (22 pts) reprenait le flambeau des Verts mais il était bien seul face à des Manceaux beaucoup plus performants. Au Mans, on se régalait d'interceptions (14 pts) et Acker arrosait (16 pts) alors que le collectif rhodanien se délitait de plus en plus. Les hommes de Nordine Ghrib abdiquaient.
A 61-40 au début du quatrième quart-temps, le Mans faisait tourner un effectif plus consistant, et resserrait ses rangs défensifs. L'ASVEL faisait jeu égal mais sans jamais parvenir à combler un trop important retard.
La façon dont Villeurbanne a été étouffé est tout de même inquiétante pour la suite dans un ensemble miné par la pression qui n'a pas su garder le ballon quand il le fallait. Avec ce succès en revanche, Le Mans se rassure un peu. Mais l'une comme pour l'autre équipe, l'accès aux As est encore loin d'être garanti.

Christian Grégoire