Pape Sy (Le Mans)
Pape Sy (Le Mans) à l'attaque du cercle | PHOTOPQR/LE MAINE LIBRE

Le Mans donne le ton

Publié le , modifié le

On s'en doutait après son beau tour préliminaire de l'Euroligue. Le Mans sera bien candidat à la succession de Chalon. Finaliste du dernier championnat, le MSB a facilement disposé de Nancy 68-56, en clôture de la première journée de Pro A.

Le Mans – Nancy, un classique de ProA depuis une dizaine d'années. Une belle affiche qui clôturait la première journée du championnat. L'occasion pour le MSB d'étrenner son nouveau parquet et de présenter son riche effectif au public d'Antarès. La semaine dernière, les Manceaux brillaient en Italie lors du tour préliminaire de l'Euroligue. Malgré une finale perdue contre Cantu, Le Mans avait montré un gros potentiel. La réception du Sluc était donc idéale pour se tester en championnat. Après l'émotion du coup d'envoi donné par les enfants de Thierry Ruppert, dans le coma artificiel après des gros problèmes cardiaques, les deux équipes se cherchaient un peu.

Beaucoup d'intentions mais aussi beaucoup de déchets. A la décharge de Nancy, la blessure de Jamal Schuler dans les premières minutes était un préjudice important pour les Lorrains. Le Mans essayait, lui, de prendre son envol grâce à sa défense de fer déjà rôdée (11-7, 6e), mais Nancy répondait aussitôt (11-12, 8e). Plus adroits, les Sarthois finissaient par prendre un ascendant logique (29-24, 16e). Deux paniers primés d'El-Amin avant la pause donnaient même un avantage conséquent au MSB (37-29, 19e).

Mis en confiance, les Manceaux continuaient sur leur lancée. Kahudi enfonçait le clou (42-31, 23e) quand Nancy gaspillait un nombre incroyable de munitions sous le cercle. Cam Long (10 pts) se révélait très précieux en sortant du banc (49-37, 26e). Nancy sous les 40% de réussite, il n'y avait guère de suspense. Après un 8-2 en quatre minutes, le match était plié (55-39, 30e). Si Nancy avait sa fierté et réagissait avec un 7-0 (63-49, 37e), Le Mans gérait parfaitement le dernier quart-temps sous la houlette d'El-Amin. Orphelin de Rochestie, le MSB a trouvé avec le meneur de poche américain un autre "clutch player". Les Tangos s'appuyaient également sur leur pilier JP Batista (16 pts) et un Alain Koffi retrouvé (8 pts) pour assurer leur premier succès 68-56. Ils sont taillés pour aller loin !