Ronny Turiaf
Le Villeurbannais Ronny Turiaf au dunk | AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

L'ASVEL se réveille, Paris se révolte

Publié le , modifié le

Villeurbanne a peut-être signé son véritable réveil en ProA en s'imposant largement devant Chalon (86-63) dans le premier match de la 7e journée. L'ASVEL a pourtant mis du temps à entré dans la partie, faisant exploser en deuxième période une équipe de Chalon qui s'est mise à déjouer. Dans l'autre match avancé de la soirée, le Paris-Levallois, mené tout le long du match, est finalement venu à bout d'Orléans (79-76).

51 pts en 20 minutes pour l'ASVEL

Après deux défaites de rang et un début de championnat bouchonné, l'équipe villeurbannaise s'est relancée dans l'optique de la Semaine des As avec ce troisième succès en sept matches forgé sur un 21-2 en cinq minutes dans le troisième quart temps. Encore craintive et plutôt fébrile, cherchant la bonne carburation en première période, l'équipe de Tony Parker (20 points) s'est libérée après la pause pour inscrire 51 points en vingt minutes, tout en s'appuyant sur une belle défense, principale raison de son succès.

En confiance après cinq succès en six journées, Chalon a d'abord dominé le début de la partie (39-46, 23e) grâce à un Blake Schilb magistral (20 points en  première période, 24 au final), avant de subir de plein fouet la marée verte. C'est Tony Parker qui a scellé un passage monstrueux des Villeurbannais sur un cinquième panier primé collectif en cinq tentatives pour passer devant. Déjà carnassier face aux Espagnols Valence mardi en Eurocoupe (34 points pour un succès 87-78), le triple champion NBA a encore réussi un festival pour finir avec, outre ses 20 points, 8 passes et 5 rebonds.

Avant de se reposer dans les dernières minutes, TP a permis à son équipe d'enfoncer définitivement le clou à la fin du troisième quart-temps,  remporté 34-17, en délivrant plusieurs caviars à son compère Ronny Turiaf,  auteur de 15 points et de 8 rebonds. Avec deux stars NBA à ce niveau, l'Asvel a retrouvé une qualité de jeu correspondant mieux à son standing même si Chalon, curieusement absent lors du dernier quart d'heure, lui a grandement facilité la tâche.

Chatfield libère Paris

Ce fut aussi un long sommeil pour le Paris-Levallois, équipe plutôt séduisante depuis de la saison, mais très imprévisible et trop irrégulière. Une fois encore elle a donné bien des sueurs froides à ses supporteurs. Face à une formation d'Orléans très disciplinée sur le plan défensif, les Parisiens ont longtemps tourné autour sans trouver de solutions, alors qu'en face le trident Greene-Banks-Sy tenait le collectif.

Après un deuxième quart temps catastrophique au cours duquel Paris restait bloqué à 8 points, les joueurs du Loiret comptaient 7 points d'avance et même 15 points à l'entame du dernier quart temps. Mais ce fut un quart temps de feu pendant lequel les Parisiens lancèrent la révolte, avec Hamilton (17 pts) mais surtout un éblouissant Chatfield (33 pts) une nouvelle fois le vrai leader de Paris-Levallois. Avec 36 points compilés en dix minutes, les hommes de Philippe Hervé reprenaient des couleurs et finissait par étouffer des Orléanais qui tombaient les armes à la main en se faisant souffler une victoire qu'il pensait avoir acquise.    

francetv sport @francetvsport