Derek Fisher, président de l'Association des joueurs
Derek Fisher, président de l'Association des joueurs. | Patrick McDermott / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La situation se complique

Publié le , modifié le

Les représentants des joueurs ont rejeté lundi la dernière offre de la NBA pour sortir du lock-out, une décision qui met fin à tout espoir de voir le Championnat débuter en décembre et menace la saison dans son ensemble. "Les joueurs ne sont pas prêts à accepter un ultimatum", a déclaré le président du syndicat des joueurs Billy Hunter, s'insurgeant contre une offre "extrêmement injuste".

La dernière proposition de la NBA incluait un partage à 50-50 de ces revenus ainsi que quelques concessions mineures sur la structure du salary cap. Les deux parties s'opposent principalement sur deux points: les modalités de plafonnement de la masse salariale des clubs (salary cap) et le partage des quelque quatre milliards de dollars de revenus annuels de la NBA. Dans le précédent accord collectif de travail (CBA), dénoncé le 1er juillet, les joueurs touchaient 57% de ces revenus. Dans leur dernière offre, les propriétaires décidaient de mettre le curseur à 50-50 mais les joueurs restent sur leur position en n'acceptant pas de descendre sous les 52,5%. Une différence qui équivaut à une somme d'environ 100 millions de dollars par an. Et en restant accrochés à leur répartition 50/50, les représentants de la NBA n'ont rien modifié de cette partie du désaccord.Le syndicat a en outre décidé de modifier sa structure juridique, afin d'intenter à titre collectif un procès à la NBA pour abus de position dominante, sur la base de la loi anti-trust.

Les trente représentants des joueurs, un par franchise NBA, étaient réunis lundi à New York à l'initiative de leur syndicat pour étudier la dernière proposition de la NBA, qui leur avait été transmise et ont décidé de la rejeté, au grand dam de David Stern, le représentant de la NBA."Franchement, je dirais que c'est une décision irresponsable aussi  tardivement dans la saison", a déclaré M. Stern. "Billy Hunter a choisi de  mettre la saison en danger et de priver les membres de son syndicat d'une  énorme rémunération".
"C'est la meilleure décision pour les joueurs", a répliqué de son côté Derek Fisher, le représentant des joueurs, refusant un accord à court terme et se disant déterminé à obtenir le meilleur accord possible pour "les joueurs qui viendront dans cette Ligue dans la décennie à venir et au-delà". Fisher, lui-même joueur des Los Angeles Lakers, s'est présenté lors d'une  conférence de presse entouré de dizaines de joueurs, dont les stars Kobe Bryant  et Carmelo Anthony, et a affirmé que la décision avait été unanime.
Le syndicat a en outre décidé de modifier sa structure juridique, afin d'intenter à titre collectif un procès à la NBA pour abus de position dominante, sur la base de la loi anti-trust.

Le dernier plan prévoyait une saison de 72 matches débutant le 15 décembre avec des playoffs qui aurait démarré une semaine plus tard que prévue. Le tout avec un partage des revenus entre les propriétaires et les joueurs et un salary-cap plus contraignant, notamment pour les équipes qui le dépassent et atteignent la "luxury-tax". Voilà, dans les grandes lignes, la dernière proposition formulée par la NBA. Mais, dans cette nouvelle offre, les propriétaires de franchises n'avaient pas fait beaucoup de concessions par rapport à celle qu'ils avait faite la semaine précédente. Ils avaient fixé un calendrier d'une saison 2011/2012 remodelée.

La nouvelle décision des joueurs risque de mettre en danger toute la saison. Ceux-ci en sont bien conscients, mais plus le temps passe et plus il semble difficile de revenir sur leurs positions. La NBA est donc sur la corde raide. Au total, 221 matches ont déjà été annulés, soit toutes les rencontres de la saison régulière du mois de novembre. Et la saison entière est maintenant totalement compromise. Avec évidemment un manque à gagner considérable pour les clubs pris en étau dans ce lock-out entre les joueurs et les partenaires économiques associés aux supporters. La situation est donc explosive. Les prochaines devraient être décisives quant à la suite donnée aux évènements.