Leo Westermann
Le jeune villeurbannais Léo Westermann | AFP - JEFF PACHOUD

La Pro A au début de sa métamorphose

Publié le , modifié le

Avec le prochain début de la saison NBA, les clubs français vont avoir leur visage remanié. L'ASVEL, orphelin de Parker et Turiaf, Nancy de Batum, Le Havre de Mahinmi et Hyères-Toulon d'Ajinca, voilà les premiers perdants de la fin du lock-out. Mais Strasbourg se rend à Pau-Orthez lors de la 9e journée avec ses deux joueurs NBA, Harper et Allen, qui partiront ensuite, tout comme Gravelines qui recevra, avec Pape Sy, Le Mans dans le choc du week-end.

Les déséquilibres demeurent. Si certains clubs de ProA avaient réussi à attirer des joueurs NBA durant le lock-out, ils n'étaient pas tous dans ce cas-là. La prochaine fin de cette période outre-Atlantique a provoqué un début d'exode. Mais tous les clubs ne sont pas encore démunis. Avant que la ProA retrouve son visage normal, quelques jours doivent encore passer, et on saura alors quelles sont les possibilités de chacun cette saison.

Le perdant le plus médiatique se trouve être l'ASVEL. Avec Tony Parker et Ronny Turiaf en moins, l'équipe va devoir retrouver une stabilité dans la gestion du jeu, après avoir enchaîné deux victoires successives importantes en Pro A (contre Chalon et à Strasbourg). Revenu à 3 longueurs du leader, Nancy et Villeurbanne ont du pain sur la planche pour maintenir le niveau de jeu comme de confiance, indispensables pour remplir leurs objectifs. Les joueurs de Pierre Vincent vont pouvoir, après le match d'EuroCoupe, gagné cette semaine à Ostende, se tester lors d'un déplacement à Hyères-Toulon, également amputé par le départ d'un joueur NBA. Au fond du trou après le retrait de trois points consécutif à sa gestion financière, le club varois a vu partir son intérieur Alexis Ajinca, venu pour six semaines remplacer Rick Hugues, pour tenter de retrouver un club en NBA. 

Harper, Allen et Sy toujours là

Autre perdant important: Nancy. Le SLUC ne peut plus compter sur Nicolas Batum, qui s'était parfaitement fondu dans le collectif. Le champion de France en titre, déjà limité dans sa rotation, a dû piocher en Euroligue pour finalement exploser en fin de match à Bilbao, ce qu'il pourrait payer samedi lors de la venue du Havre, orphelin de Ian Mahinmi, également parti outre-Atlantique.

En revanche, Strasbourg n'a pas tout perdu. Avec Justin Harper et Lavoy Allen, la SIG avait jeté son dévolu sur deux jeunes, draftés cette année. Les deux ont décidé de disputer leur dernier match ce week-end, et ce sera vendredi à Pau-Orthez, qui aurait certainement souhaité les voir s'envoler avant, l'équipe paloise n'ayant que deux succès à son compteur. Idem pour Gravelines, revenu de son déplacement à Jérusalem en EuroCoupe avec Pape Sy dans ses valises, ce qui devrait accréditer le fait qu'il puisse être sur le parquet samedi, lors de la venue du Mans. Les Manceaux, vainqueurs de Nancy et de Poitiers lors des deux derniers matches, sont bien revenus dans la course, et cela constituera l'une des affiches de cette 9e journée. L'autre aura lieu la veille avec un Orléans - Cholet très indécis, les premiers ayant battu Roanne la semaine dernière pendant que les deuxièmes auront à coeur de se racheter de leur revers à Nancy.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze