Boris Diaw et Tony Parker, deux français installés en NBA
Tony Parker (à dte) et Boris Diaw (à gche), figures de proue du contingent français à San Antonio | Tom Pennington / AFP

La France colonise la NBA

Publié le , modifié le

Avec onze expatriés en NBA, la France est le contingent étranger le plus important dans la Ligue américaine. Nando De Colo et Evan Fournier, les deux petits nouveaux, tenteront d'imiter les Parker, Noah, Diaw ou Batum qui ont déjà prouvé leur valeur outre-Atlantique. Pour Petro et Turiaf, il s'agira de se relancer, alors que Mahinmi, Séraphin ou Beaubois doivent confirmer les promesses entrevues.

Parker, Diaw, Noah, Batum, les têtes d'affiche

Triple champion NBA, quatre fois All-Star, élu meilleur joueur de la finale en 2007, Tony Parker n'a plus rien à prouver et entame sa 12e saison aux Etats-Unis avec deux objectifs en tête : gagner un quatrième titre avec les Spurs et "terminer dans les meilleurs joueurs" de son propre aveu. Il sera épaulé dans sa mission par deux autres Français, son meilleur ami et capitaine des Bleus, Boris Diaw, et le nouveau venu Nando De Colo. Arrivé en mars chez les Spurs, Boris Diaw semble avoir adhéré aux principes de jeu de Popovich, ce qui devrait lui permettre de prétendre à une place importante dans la raquette texane, aux côtés de Tim Duncan.

Deux autres Français sont également appelés à tenir un rôle majeur : Nicolas Batum et Joakim Noah. Le premier a signé durant l'été une prolongation de contrat avec Portland de 46 millions de dollars sur quatre ans et doit désormais assumer un nouveau statut. En progression constante depuis son arrivée dans la Ligue il y a quatre ans, "Batman" sait qu'il devra franchir un cap s'il veut devenir un jour All-Star. Sa réussite et celle de son équipe, triste 11e de saison régulière l'an dernier, dépendront de sa capacité à enchaîner les performances dignes de son surnom.

Joakim Noah, lui, revient d'une entorse à la cheville qui avait mis un terme à sa saison lors du premier tour des playoffs 2012 et l'a empêché de participer aux JO de Londres avec l'équipe de France cet été. En l'absence de Derrick Rose, le pivot des Chicago Bulls sait qu'il doit élever son niveau de jeu pour que son équipe se maintienne dans le gotha NBA. Ses sorties en pré-saison semblent indiquer que le travail effectué durant l'été avec Kareem Abdul-Jabbar, ancienne gloire des Los Angeles Lakers, a porté ses fruits. "Jook's" semble prêt à en découdre.

De Colo et Fournier, prometteurs "rookies"

Au sein de l'effectif fourni de San Antonio, Nando De Colo doit faire ses preuves. Plutôt en vue lors de la pré-saison, surnommé "Mini Manu" en référence à Manu Ginobili, l'ancien joueur de Cholet et Valence se retrouve à 25 ans dans la peau d'un "rookie". "Il s’est très bien adapté, assure le grand frère Tony Parker. C’est peut-être un peu tôt par contre pour l’appeler « Mini Manu » car il faut lui laisser du temps pour qu’il se crée sa propre personnalité. Mais s’ils l’ont fait venir, c’est que Pop (Gregg Popovich, coach des Spurs, ndlr) croit en lui." Evan Fournier, tout juste 20 ans, sera l'autre petit nouveau de la colonie française en NBA. Drafté par les Denver Nuggets au début de l'été, celui qui a été élu meilleur espoir du championnat de France avec Poitiers en 2011 et 2012 essaiera de faire son trou dans le riche effectif de Denver. "Il est talentueux. Mais il faut lui laisser du temps, ça ne va pas être facile" tempère le meneur des Bleus.

Petro et Turiaf, pour ne pas sombrer dans l'oubli

Malgré le titre décroché avec Miami la saison dernière, Ronny Turiaf ne pouvait se contenter de son statut en Floride. En revenant à Los Angeles, aux Clippers cette fois, le Martiniquais espère avoir un temps de jeu plus conséquent dans une équipe ambitieuse. Une obligation pour ne pas disparaître des écrans radar. Si Turiaf a des atouts que Petro n'a pas, leur situation est comparable. Envoyé par les Nets à Atlanta, l'ancien Palois doit se faire violence.

Mahinmi, Séraphin et Beaubois pour exploser

Auteurs de prestations convaincantes sous le maillot des Mavericks de Dallas, Ian Mahinmi et Rodrigue Beaubois n'ont néanmoins été brillants que par intermittence. Pour exprimer son potentiel, le premier a choisi la voie de l'exil. Doublure de Roy Hibbert aux Pacers, l'ex-pivot du Havre a une opportunité énorme de faire gonfler des stats déjà intéressantes dans le Texas (5,8 pts, 4,7 rbds l'an dernier). Au contraire, l'ancien arrière du Cholet Basket a pris la décision de continuer à Dallas. Les départs de Jason Terry et Jason Kidd démontrent que le staff du champion 2011 compte sur lui, en espérant que les blessures ne lui gâchent plus la vie. Enfin, auteur d'une fin de saison époustouflante, Kevin Séraphin voudra poursuivre sur sa lancée avec Washington. Au contact d'Emeka Okafor et de Nenê, deux tauliers des "peintures" américaines, le tricolore devrait progresser. Pour peu qu'il tienne sur la distance ses chiffres du mois d'avril dernier (15 pts, 7 rbds), "Mister K" pourrait même les reléguer sur le banc. 

Pietrus dans l'expectative : Joueur des Boston Celtics la saison dernière, l'arrière français Mickaël Pietrus, 30 ans, est toujours sans club alors que s'ouvre la saison NBA 2012-2013. Le Guadeloupéen a déjà refusé cet été plusieurs offres d'équipes qui ne lui proposaient que le salaire vétéran (1,3 millions de dollars annuels).

Jerome Carrere