Tony Parker à l'attaque
Tony Parker à l'attaque du Turc Guler | AFP - Petras Malukas

La France arrache la victoire sur la Turquie

Publié le , modifié le

Lors du premier match du 2e tour de l'Euro, l'équipe de France, invaincue jusque-là, s'est fait peur contre la Turquie. Après avoir compté 13 points d'avance dans le 3e quart-temps, les Bleus ont vu revenir les Turcs à deux points à 40 secondes de la fin. Ils se sont finalement imposés (68-64), mais Gelabale s'est blessé à la cheville. La Lituanie ayant battu la Serbie (100-90), la France est en quarts de finale avant même de jouer l'hôte lituanien puis l'Espagne.

Les matches passent et le scénario ne change pas. Ou peu. L'équipe de France a, comme d'habitude, eu du mal à entrer dans cette rencontre. Contre les Turcs qui les avaient écartés de la route du Mondial-2010, les Français ont d'abord été maladroits au tir, dominés au rebond des deux côtés du terrain, puis, ils ont émergé. Grâce à leur défense, contraignant la Turquie à perdre beaucoup de ballons, ce qui n'est pas dans ses habitudes. Après neuf minutes de jeu, les Bleus en avaient perdu deux, contre six à leurs rivaux.

Après un premier panier de Turkoglu (2-0), Nicolas Batum marquait les deux premiers points de son équipe sur une interception conclue par un smash (2-2). L'ailier de Portland a d'ailleurs été l'un des hommes forts de cette première période, sa défense sur le tireur longue distance Onan, auteur de deux paniers à trois points, le dernier étant néanmoins annulé pour un écran illicite d'Asik sur Batum. Vincent Collet avait été contraint au temps mort sur son premier missile, son équipe étant menée (10-2). 

Le banc en action

En faisant entrer Séraphin à la place de Noah, pas à son aise, et malgré un raté à 3pts de Gelabale, la France trouvait peu à peu ses marques. Le deuxième panier de la rencontre de Parker, puis le premier loin du cercle de Batum ramenaient les Bleus à (12-9). Après avoir provoqué la deuxième faute de l'intérieur Asik, il ne pouvait rien lors de la dernière possession dans ce 1er quart-temps qui n'était pas profitable à Parker, et l'écart de deux longueurs demeurait (14-12).

Le banc tricolore redonnait de l'allant avec Kahudi, auteur d'un 3pts important (18-15), avant que Traoré ne se mette lui-aussi au diapason. Un panier avec en prime la première faute de Turkoglu (18-17), puis un autre avec la claquette de Piétrus, voilà comment la France prenait pour la première fois l'avantage au score après 14 minutes de jeu (19-18). L'intérieur tricolore, rappelé au dernier moment pour cet Euro, subissait deux fautes de suite de Savas et Batum, sur un cavalier seul énergique, offraient un avantage plus important (23-20). Dans les derniers moments de ce 2e quart-temps, l'ancien joueur du Mans changeait tout en rentrant en total déséquilibre un panier avec la faute d'Onan en prime (28-25), et le clou était enfoncé par Piétrus, auteur d'une interception avec l'aide de Parker (30-25). Un lancer franc de Parker, et une dernière possession encore infructueuse, voilà comment les Français viraient à la mi-temps à (31-27) à leur avantage.

L'Espagne et la Lituanie bien partis
Malgré une performance laborieuse, l'Espagne a vaincu l'Allemagne (77-68) alors que la Lituanie a dominé la Serbie (100-90), les deux équipes se plaçant idéalement pour la qualification en quarts de finale. Pau Gasol a fini le match avec 19pts, 7 rebonds, alors que son frère Marc a été plus prolifique (24pts, 5rbds). de l'autre côté, Dirk Nowitzki n'a pas été adroit (19pts à 7 sur 17 aux tirs). L'Espagne affrontera la Serbie vendredi pendant que les Lituaniens, menés par Kalnietis (19pts, 7 passes) et Jasikevicius (14pts, 7 passes) défieront la France.

Manque de réussite à 3 points

Au retour des vestiaires, le changement était flagrant. Joakim Noah voyait enfin ses efforts récompensés avec des lancers francs et un petit ballon volé, ce qui contribuait à faire fructifier en douceur l'avance des siens (36-29). Mais Ilyasova s'emparait à son tour de la tenue du héros en rentrant un tir à 3pts devant Batum (36-32) puis en le forçant à commettre une faute offensive sur l'action suivante, sa troisième personnelle (36-34). Du coup, le meneur de jeu de San Antonio reprenait les choses en main (42-34). La présence d'Asik sous le panier posait bien des soucis aux Tricolores, qui pouvaient néanmoins compter sur de mauvais choix turcs, notamment loin du cercle. Mais un contre d'Onan après un contre sur Noah ramenait les coéquipiers de Turkoglu à cinq longueurs (45-40). La défense et deux lancers-francs de Parker redonnaient de l'air aux Bleus (51-44). Puis, dans les ultimes secondes, la défense restait hermétique, avec notamment une nouvelle superbe défense de Traoré sur Savas, avec en prime un panier à trois points de Kahudi sur une belle offrande de Parker, puis un de Gelabale, et la France finissait le 3e quart-temps à (57-44). Les 27% de réussite à 3pts des Turcs dans cet avant-dernier acte expliquait en partie les 17pts inscrits contre 26 aux Bleus.

Peu réputé pour son jeu défensif, Ali Traoré se rappelait que son apport offensif est un de ses points forts, inscrivant le premier panier de ce 4e quart-temps (59-44), marqué par les mauvais choix et la maladresse de part et d'autre. Dans ce jeu plus haché, les Turcs revenaient (59-48), avant que Traoré, encore lui, ne remette la machine en route (61-48). Après deux tirs lointains de Parker qui ne trouvaient pas le panier, Turkoglu réduisait l'écart en contre, continuant à tenir son équipe à flot  pour ramener la différence à moins de dix longueurs (61-52). Une pénétration de De Colo délivrait Noah pour un dunk rageur (63-54), l'ancien joueur du Mans apportant juste après un rebond défensif crucial. Malheureusement, la France ne trouvait plus la cible, de près mais moins encore de loin, la défense laissant encore l'espoir, comme une belle série de rebonds offensifs de Boris Diaw. 

Parker fait faute, Gelabale se blesse

A 1'20 du terme de la rencontre, la France avait toujours sept points d'avance. Mais la troisième faute de Parker sur Ilyasova donnait un lancer-franc en plus du panier pour donner une fin de match irrespirable (63-61). D'autant que Noah, qui allait au dunk, était contré, Gelabale récupérant le ballon au sol avec une faute. Et malheureusement, il se blessait à la cheville, et pourrait bien manquer les deux prochains matches. Mais la remise en jeu était balbutiée et les Bleus perdaient le ballon. Mais encore une fois, la chance tournait en leur faveur, avec le cercle qui renvoyait la tentative à trois points de Tunceri, le rebond revenant à Piétrus. Une série de fautes sur Parker l'emmenait sur la ligne des lancers-francs, pour deux réussites à 18" de la fin du match (65-61). Diaw se saisissait d'un nouveau rebond, mais Ilyasova scorait à 3pts (65-64). Parker était de nouveau convié au lancer-franc, pour la même sentence (67-64), avec cette fois 5" à l'horloge. Mais les Turcs étaient incapables de remettre le ballon en jeu, à cause du pressing défensif tricolore. La monnaie de la pièce en quelque sorte... Et Parker allait de nouveau sur la ligne, pour un échec et une réussite, et une victoire (68-64).

Si cette rencontre aurait pu être beaucoup mieux maîtrisée, elle démontre que l'équipe de France dispose d'un joli banc, bien utile en défense comme en attaque. L'énorme déchet des deux formations s'explique certainement par la fatigue qui commence à envahir les corps des joueurs. La journée sans match, jeudi, ne sera pas inutile pour les Bleus. Et comme la Lituanie a battu la Serbie (100-90) dans le dernier match du jour, elle a offert un joli cadeau aux hommes de Vincent Collet, qui sont qualifiés directement pour les quarts avant les deux derniers matches. L'occasion de faire souffler certains cadres. Michaël Gelabale pourrait bénéficier involontairement de plus de repos encore après avoir été touché à la cheville: "C'est une vraie entorse. Je n'en sais pas plus pour l'instant mais à mon avis il va manquer au moins les deux prochains matches. J'espère qu'on l'aura récupéré pour les quarts de finale. C'est notre shooteur, il défend, il est précieux, c'est un gros joueur", notait Vincent Collet juste après le match, remarquant que son hypothétique absence serait "un coup très dur".

Fiche technique

A Vilnius (Siemens Arena): France bat Turquie 68 à 64 (12-14, 19-13, 26-17, 11-20)
Arbitres: MM. Facchini (ITA), Shemmesh (ISR) et Mikhaylov (RUS)
Spectateurs: 4000 environ
France:
21 paniers (dont 4 sur 17 à trois points) sur 60 tirs - 22 LF sur 28 - 33 rebonds (Parker 6) - 10 passes décisives (Parker 5) - 5 interceptions - 9 balles perdues - 20 fautes personnelles
Cinq de départ: Parker, Gelabale, Batum, Diaw, Noah
Marqueurs: Noah (7), Batum (13), Séraphin (2), Kahudi (8), Parker (20), Traoré (8), F. Pietrus (4), De Colo (0), Diaw (cap, 3), Gelabale (3)
Entraîneur: Vincent Collet
Turquipe:
21 paniers (dont 5 sur 24 à trois points) sur 59 tirs - 17 LF sur 22 - 45 rebonds (Asik 11) - 5 passes décisives - 5 interceptions - 16 balles perdues - 27 fautes personnelles
Cinq de départ: Arslan, Onan, Türkoglu, Ilyasova, Asik
Marqueurs: Güler (0), Preldzic (11), Onan (8), Ilyasova (10), Tunceri (0), Savas (6), Asik (10), Arslan (2), Kanter (4), Türkoglu (13)
Entraîneur: Orhun Ene