Ballon Fiba basket 2016
Ballon de basket | Maxppp

La Fiba lance sa "Ligue des champions" contre vents et marées

Publié le , modifié le

La Fédération internationale de basket-ball (Fiba) a présenté lundi à Paris son projet de "Champions League", censée devenir dès la saison prochaine la deuxième compétition européenne de référence, derrière l'Euroligue. Un conflit oppose depuis six mois la Fiba à l'Euroleague, société privée qui gère actuellement les deux principales Coupes continentales: l'Euroligue et sa petite soeur l'Eurocoupe. Faute de consensus, les deux entités comptent organiser chacune de leur côté leurs propres compétitions.

L'Euroligue, épreuve-reine depuis une quinzaine d'années, sera ainsi maintenue la saison prochaine mais réduite à 16 clubs - contre 24 actuellement - dont onze "franchises" actionnaires, comme le Real Madrid, tenant du titre, le FC Barcelone ou encore le CSKA Moscou qui en seront des participants permanents. La Fiba conteste la philosophie de cette ligue quasiment fermée qui fait la part belle aux grosses cylindrées, les plus puissantes sportivement et financièrement, et a présenté une compétition qui se veut moins élitiste. "Le but est d'organiser une compétition ouverte et basée sur des principes sportifs. Les équipes qualifiées le seront en fonction de leurs résultats lors de leur championnat national", a souligné Marcus Studer, directeur des opérations à la Fiba.

Cette compétition sera gérée à hauteur de 50% par la Fiba, via une société anonyme, et à 50% par dix pays: la Belgique, la République Tchèque, la France, l'Allemagne, la Grèce, Israël, l'Italie, la Lituanie, la Pologne et la Turquie. 32 clubs, donc 24 qualifiés directement, seront engagés au premier tour. Les étapes suivantes seront des huitièmes, des quarts de finale et un "Final Four" (Finale à quatre) organisé du 28 au 30 avril 2017. Chaque équipe recevra 100.000 euros, une enveloppe financière qui augmentera au gré du parcours dans la compétition. Le vainqueur aura 500.000 euros.

Mais la Fiba n'a pas la garantie que sa compétition devienne la deuxième de référence. Car la société Euroleague compte maintenir l'Eurocoupe en attirant les 24 autres meilleures équipes continentales derrière les 16 de la C1. La Fiba pourrait prendre des sanctions contre les clubs "rebelles" engagés en Euroligue ou en Eurocoupe, allant jusqu'à l'exclusion de leur championnat national. L'Euroleague a jugé dimanche "inacceptable toute forme de pression exercée sur les clubs". Une telle attitude "enfreint la liberté des clubs" selon la société privée, qui a par ailleurs déposé plainte devant la commission européenne en février.

AFP