france Ndongue canada basket
Ndongue sous le panier | AFP-Klamar

La fausse peur des Bleues avant l'Espagne

Publié le , modifié le

Au lendemain de leur défaite contre l'Australie, les Françaises, déjà qualifiées pour les quarts de finale et disputant un match sans enjeu, se sont imposées au buzzeur (49-47) contre le Canada sur un double-pas de Céline Dumerc. La France a joué sur courant alternatif dans cette rencontre, mais remporte son quatrième succès en six matches. Désormais, les quarts de finale contre l'Espagne, battue par la Russie (76-67).

Assurées de disputer les quarts de finale, les Françaises étaient tranquilles avant le match contre le Canada. Sans pression, elles n'étaient peut-être pas totalement prêtes pour disputer un match de haut niveau. Du coup, elles ont bien failli perdre une rencontre cface à un adversaire bagarreur mais pas vraiment habile.

Dernières de ce groupe E, les Canadiennes avaient toutes les raisons de tout tenter pour bien finir la compétition. Dominatrices au rebond, empêchant leurs adversaires de mettre leur jeu intérieur en place, les Nord-Américaines profitaient pleinement du manque d'implication tricolore, bien lancé par un premier tir à trois points d'Aubry (3-0). Il fallait un quart-temps aux Françaises pour prendre la mesure du match et surtout pour trouver leur rythme. Menées 16-12 à l'issue du 1er quart-temps, elles voyaient même le Canada s'envoler (23-12). L'écart béant avait le don de réveiller les filles de Pierre Vincent, qui mettaient enfin une grosse pression défensive tout en posant beaucoup mieux leur jeu. Endéné Miyem sonnait la révolte avec un tir à 3pts, le premier rentré par la France en quatre tentatives, imitée par Marion Laborde ce qui permettait de revenir à (18-23). Un double-pas de Céline Dumerc, un tir en coin de Clémence Beikes et les Bleues étaient revenues dans le match (22-23). Ayant inversé la tendance sous le panier en accumulant les rebonds, elles héritaient de lancers-francs pour faire grossir leur série jusqu'à un terrible 15-0, virant à la pause avec une avance de deux longueurs (27-25).

Au retour des vestiaires, les deux équipes faisaient un véritable concours de maladresse. Après un panier de Miyem (29-25), Canada et France restaient aphones durant près de sept minutes. Pas un panier, pas un lancer-franc, rien. Des échanges de courses, des pertes de balles, des tirs ratés, le temps s'écoulait et finalement, ce tiers-temps se finissait sur un piteux (6-3) en faveur des Tricolores, pour amener le score à (33-28). Les plus optimistes pourront toujours retirer de cette séquence la confirmation de la force française en défense. Pour les autres... Et avec les deux soeurs Tatham sur le parquet pour le début du 4e quart-temps, le Canada repartait beaucoup mieux que des Françaises apathiques, revenant à une petite longueur (33-32). Heureusement, en tête de raquette, Céline Dumerc remettait son équipe sur de bons rails avec un tir primé (36-32), tout cela sous les yeux des joueuses américaines et australiennes en attente de leur confrontation-phare. Du coup, comme lors du deuxième quart-temps, le premier panier à 3pts en appelait un deuxième, oeuvre de Digbeu (39-32). Malheureusement, des fautes et des maladresses relançaient le Canada (39-38). Et sur un panier d'Aschonwa à quatre minutes du terme de ka rencontre, les joueuses de McNeil repassaient devant (40-39). Et encore une fois, Clémence Beikes faisait le travail pour reprendre la main (42-40). Un panier à trois points de Florence Lepron redonnait de l'air (45-42). Smith rentrait un panier à 3pts assassin à 40 secondes pour replacer le Canada devant (47-45), Endémé Miyem égalisant (47-47). Deux lancers francs ratés mais un rebond offensif redonnaient une chance aux Canadiennes, qui n'en profitaient pas. Avec 4"5 de jeu, la France n'avait qu'une opportunité, et Céline Dumerc, meneur et leader, partait dans une chevauchée solitaire conclue par un double-pas victorieux au buzzeur (49-47). Cette quatrième victoire en six matches maintient le collectif dans une bonne dynamique, mais cette grosse frayeur ne pourra être reproduite en quarts de finale. Surtout contre les Espagnoles et notamment leur masse pivot Sancho Lyttle.

Déclarations

Clémence Beikes (ailière de l'équipe de France): "Il fallait gagner. On retiendra la victoire, mais aussi que rentrer dans un match avec un état d'esprit de conquérantes ça se prépare. Là, il y a peut-être eu un peu de laxisme, de fatigue aussi. On a joué six matches en une semaine. Le plus important, c'est le quart de finale (vendredi)."

Florence Lepron (arrière de l'équipe de France): "Elles ont joué ensemble en défense. Ca a été dur pour nous, mais on a gagné grâce à la célèbre Dumerc. C'est plus facile quand on a des joueuses comme elle. On avait donné beaucoup d'énergie cette semaine."

Céline Dumerc (meneuse de l'équipe de France): Ca reste une victoire sur un hold-up, c'est positif. Mais il faut que ça nous serve de leçon pour l'avenir parce que, même si ce match était sans importance, il faut le jouer de la même manière. On se doit de +se la donner+. On ne va pas dire qu'on jouait notre vie sur ce match mais il faut qu'on reste les pieds sur terre et se dire qu'on ne domine personne. On a gagné des matches mais on n'a rien gagné."

Pierre Vincent (entraîneur de l'équipe de France): "Les Canadiennes ont joué dur, elles étaient bien organisées en défense et en attaque. Ca n'a pas été facile, surtout qu'on n'a pas marqué. Quand on rate les tirs extérieurs, c'est difficile de pouvoir varier les options de jeu. On a été faibles au rebond offensif. Avoir un match comme ça à gérer, revenir, aller faire des fautes sur les bonnes joueuses, scorer... Ca s'est passé comme sur la plaquette, c'est comme dans un rêve. Cette victoire ne compte pas en termes comptables, mais elle compte en termes de confiance. Si on doit jouer un moment comme ça, aussi chaud, aussi déterminant, on sait qu'on peut scorer, qu'on peut revenir. C'est important."

Natalie Achonwa (intérieure du Canada): "On a fait un gros match défensivement, on a raté des shoots en fin de match. On leur a offert une belle opposition."

Allison McNeill (entraîneur du Canada): "Je suis très fière, même si c'est une défaite dure. On était fatigués physiquement et mentalement. Si je pouvais, je changerai peut-être deux ou trois de mes décisions en fin de match. mais je reste fière des filles."

Fiche technique

A Ostrava (Cez Arena): France bat Canada 49 à 47 (12-16, 15-9, 6-3, 16-19)
Spectateurs: 4000 environ
Arbitres: MM. Vyklicky (CZE), Suguro (JPN), Diniz (BRA)

France:
17 paniers (dont 5 sur 14 à trois points) sur 54 tirs - 10 LF sur 14 tentés - 31 rebonds - 10 passes - 6 interceptions - 15 balles perdues - 15 fautes (joueuse sortie: Amant)
Marqueuses: Lardy (9), Miyem (9), Lepron (2), Amant (2), Beikes (8), Dumerc (7), Digbeu (4), J. Gomis (1), Laborde (3), Godin (2), Ndongue (2)

Canada:
16 paniers (dont 3 sur 16 à trois points) sur 50 tirs - 12 LF sur 17 tentés - 40 rebonds (K. Phillips 7) - 10 passes - 9 interceptions - 20 balles perdues - 20 fautes
Marqueuses: K. Phillips (2), Gabriele (4), Pilypaitis (2), K. Smith (12), A. Tatham (4), Achonwa (12), T. Tatham (8), Aubry (3)