Le joueur du Mans Charles Kahudi
Le joueur du Mans Charles Kahudi | AFP - Kenzo Tribouillard

Kahudi : "On peut être un épouvantail"

Publié le , modifié le

Charles Kahudi, un des quatre joueurs à évoluer en ProA et à avoir disputé l'Euro-2011 ou les JO-2012 avec l'équipe de France, estime que son équipe du Mans peut être l'épouvantail du championnat, avant de rencontrer Nancy lundi lors de la première journée.

Vous la voyez comment votre équipe cette saison ?
Charles Kahudi: "Compétitive, vraiment. Très intense, dure, offensivement on est très athlétiques, on va vite, avec des joueurs interchangeables sur beaucoup de postes. On peut être un épouvantail si on va dans la bonne direction."

Vous avez perdu votre meneur de jeu Taylor Rochestie...
C.K: "Oui mais on a récupéré Khalid El-Amin. Il ne fera pas les stats de Rochestie mais c'est un vrai leader, il déteste perdre et pousse les gars. Il va aider les jeunes à gravir les échelons. C'est moins de jambes fraîches mais plus d'expérience. Cela permettra aussi à mon petit frère (Henri) de s'exprimer un peu plus cette saison que derrière Rochestie qui jouait 37 minutes par match."

Votre rôle à vous va-t-il évoluer ?
C.K:: "Depuis que je suis au Mans (2009) j'apporte chaque année quelque chose de nouveau à mon jeu. Si j'ai investi dans le club sur la durée c'est pour être un joueur majeur de l'équipe et quelqu'un qui compte en ProA."

Beaucoup ont salué votre attitude très digne au moment de votre non-sélection pour les jeux Olympiques, alors que vous étiez prévu au départ ?
C.K: "Ca m'a franchement contrarié pendant une grosse semaine. Après je suis parti en vacances et je suis passé à autre chose. Le basket c'est une passion pour moi mais je ne vais pas me rendre malade non plus. Quand on m'aurait dit lorsque j'étais gamin: Charles tu vas jouer en équipe de France, j'aurai pris ça pour une blague. Depuis j'ai grandi et, oui, je veux être un joueur sur lequel on peut compter. Après il y a un coach qui fait ses choix et ça ne sert à rien de pleurer ou de répondre dans la presse. Cela donnerait juste une image négative de moi alors que je ne suis pas comme ça."

Avez-vous compris la décision de Vincent Collet ?

C.K: "Il a fait ses choix, c'est le sport, c'est la vie. Ce n'est pas non plus comme si j'étais depuis cinq ans en équipe de France. Je ne suis arrivé qu'en 2010 où j'avais déjà été le dernier à être +coupé+ (en vue du Mondial). 2011, ça a été bon pour moi (pour l'Euro) et donc j'espère que 2013 ce sera bon aussi. Mais il y a d'abord ma saison avec Le Mans où j'espère vraiment gagner un truc cette année. Je n'arrête pas de dire aux gars que c'est une saison importante pour nous. Je leur dis aussi que la ProA ce n'est pas facile."

Quels seront vos principaux concurrents ?
C.K: "La ProA est très homogène mais on retrouve souvent les mêmes équipes dans le Top 6. Tu vois du Roanne, qui n'aura pas de Coupe d'Europe cette saison. Orléans reste sur une belle saison. Il y a Chalon. Paris a fait un bon recrutement. Gravelines et dans le lot. C'est excitant. Chaque week-end tu ne sais pas qui va tomber, tu ne peux rien prévoir."

La saison commence dans un certain anonymat...
C.K: "Le basket français n'est pas très médiatisé. Mais quand tu vois l'arrivée du Qatar dans le handball, les choses peuvent évoluer très vite. Il suffit d'un coup de pouce pour que ça décolle. La ProA est freinée par les budgets de ses clubs mais avec la crise il y a de très bons joueurs qui viennent en France où on continue à être payé en temps et en heure. Avoir plus d'exposition passe également par Euroligue. J'espère que Chalon va faire une bonne saison, j'en ai parlé à Blake Schilb et Steed Tchicamboud. Ils sont très motivés."

AFP